| | | Produits toxiques dans les vêtements pour enfants

Produits toxiques dans les vêtements pour enfants

Saviez-vous que des substances toxiques dangereuses étaient contenues dans certains vêtements pour enfants ?

A la lecture de ce qui suit, certains parents vont peut-être regarder d’un autre œil les vêtements de marque qu’ils achètent à leurs enfants…

L’organisation de défense de l’environnement, Greenpeace, a soumis 82 articles de douze marques différentes de l’industrie textile pour enfants à des analyses. Parmi les marques visées, figuraient Nike, C&A, Burberry, Disney, Adidas, American Apparel, H&M, Gap et Puma. La majorité des produits provenaient de pays asiatiques et notamment de Chine (pour un tiers d’entre eux). Parmi ces 82 articles, la provenance de 12 produits n’a pu être identifiée, car le pays de production ne figurait pas sur l’étiquette.

Des produits nocifs ont été retrouvés dans chacune des marques !

61 % des articles examinés contenaient du NPE (l'éthoxylates de nonylphénol), composé qui se dégrade rapidement dans l’environnement en nonylphénol simple, substance persistante supposée toxique pour la reproduction et la croissance des êtres vivants.

Dans 33 produits, la présence de phtalates a été révélée. Ces produits sont nocifs pour la fertilité, le développement du fœtus et du nouveau-né. Notons, tout de même, que l’Union Européenne a interdit l’utilisation des phtalates dans les jouets et produits de puériculture !

Ces résultats sont d’autant plus effrayants que les bébés et les jeunes enfants sont plus vulnérables que les adultes aux substances nocives, du fait de leur taille, de leur métabolisme mais aussi de leur comportement (ils mettent plus facilement tout à la bouche).

Ce n’est pas la première fois que Greenpeace met en cause certains fabricants de textiles. Ces deux dernières années, cette organisation avait publié plusieurs études montrant déjà la présence de substances nocives pouvant entraîner des désordres hormonaux ou des cancers. Les marques incriminées dans ces études étaient notamment Zara, Calvin Klein, Levi's et Li Ning. En 2011, Greenpeace avait publié des rapports montrant comment les fournisseurs de certains groupes textiles empoisonnaient l’eau des fleuves chinois en rejetant dedans les substances chimiques toxiques servant à la fabrication des vêtements… Ce n’est donc pas que nos vêtements qui sont touchés mais également tout notre écosystème !




A lire sur Vie de famille

A découvrir sur le mag