| | | Le manque de sommeil fait grossir

Le manque de sommeil fait grossir

Un manque de sommeil augmenterait les risques d’obésité de 50 % : tels sont les résultats d’une enquête de l’Institut du sommeil et de la vigilance. Pourquoi un tel lien ? Comment y remédier ?

30 % des adultes jeunes dorment moins de 6 heures

Près d’un tiers des adultes dorment moins de 6 heures par nuit : un manque de sommeil qui pourrait bien jouer sur la balance.

Une étude de l’Institut du sommeil et de la vigilance (INVS) a mis en évidence un lien étroit entre les troubles du sommeil et les problèmes de nutrition. En effet, les petits dormeurs (ceux qui dorment moins de 6 heures par nuit) auraient plus de problèmes de surpoids et d’obésité.

Pour arriver à cette conclusion, l’INVS avait proposé un questionnaire sur Internet dans le cadre de Nutri-NetSanté : 49 086 internautes, principalement des femmes, ont répondu à cette enquête.

Les résultats sont édifiants : plus de 30 % des adultes jeunes sont en manque de sommeil, et tout particulièrement les actifs (61,2 %). Les données récupérées ont montré que ce manque de sommeil (moins de 6 heures par nuit) augmentait le risque d’obésité de 50 % chez l’homme et de 34 % chez la femme.

Comment cela s’explique-t-il ?

De nombreuses hormones suivent le rythme circadien et certaines d’entre elles, qui régulent le métabolisme énergétique, sont sécrétées davantage la nuit que le jour. Il en est ainsi pour la ghréline, l’hormone de satiété, l’hormone de croissance ou le cortisol : la privation de sommeil perturbe donc le système hormonal régulant l’appétit et encourage le grignotage de sucreries en dehors des repas et la consommation d’aliments gras.

Par ailleurs, la fatigue accumulée s’accompagne d’une diminution de l’activité physique et donc d’une accumulation de calories (quand on est fatigué, on n’a forcément moins envie d’aller faire du sport).

De plus, dans la journée, lorsqu’on ne dort pas assez, on ressent régulièrement des petits coups de  pompes auxquels on pallie par du grignotage espérant que cela va redonner de l’énergie : et hop, encore quelques calories supplémentaires !

Une sieste si besoin

L’idéal, pour pallier à ces risques de surpoids, serait de retrouver un bon sommeil en suivant quelques règles simples. Mais, si cela n’est pas possible, la sieste est une solution à ne pas négliger : en effet, une sieste d’environ 30 minutes, permet de rééquilibrer en partie le système hormonal.

Quelques conseils pour mieux dormir

L’INVS rappelle des règles simples pour essayer de retrouver un bon sommeil réparateur :

  • Evitez les excitants le soir : café, thé, vitamine C, coca…
  • Ne pratiquez pas d’activité physique après 20h00.
  • A l’inverse, favorisez les activités relaxantes le soir : lecture, tisane, relaxation, bain tiède (au moins 2 heures avant le coucher).
  • Evitez les repas trop copieux et l’alcool au dîner.
  • Trouvez votre propre rythme de sommeil et respectez-le.
  • Au lit, évitez de manger, regarder la TV ou travailler.
  • Et surtout, écoutez vos signaux de sommeil (bâillements, yeux qui piquent…).




A découvrir sur le mag

Marre de passer une partie de la nuit éveillée ? Les moutons défilent mais le sommeil ne vient toujours pas pour autant ? Les troubles du sommeil peuvent avoir différentes causes comme les ronflements de son partenaire, et sont la source de désagréments au cours de sa journée : difficulté à se concentrer, insomnie ou encore irritabilité sont parmi les plus répandus. Il existe pourtant quelques gestes et remèdes simples et naturels qui permettent de retrouver le sommeil et de tomber facilement dans les bras de Morphée.