| | | Des hydrocarbures dans les emballages alimentaires

Des hydrocarbures dans les emballages alimentaires

© Elodie/Clic Bien-être
Selon un étude rendue publique par l’ONG Foodwatch, 6 emballages de produits alimentaires testés sur 10 achetés en France présenteraient un risque cancérogène. Pâte, riz, semoule, chocolat en poudre… les grandes marques comme les marques distributeurs sont concernées.

Après la viande rouge mise sur le devant de la scène il y a quelques jours, voilà encore un nouveau coup dur dans le monde de l’agro-alimentaire : les emballages de certains produits de consommation courante contiendraient des hydrocarbures...

Selon un étude publiée le 27 octobre dernier par l’ONG Foodwatch (une organisation politique qui défend les droits du consommateur), sur 42 emballages alimentaires de pâtes, de riz, de lentilles, de semoule de couscous, de céréales du petit déjeuner ou encore de cacao en poudre de grandes marques comme de marques distributeurs (Barilla, Lustucru, Saint Eloi, Auchan, Monoprix, Van Houten, Top Budget, Taureau Ailé, Casino, Turini, Carrefour, Kelloggs...), une grande partie renfermerait des substances chimiques qui contamineraient les denrées en contact. Ces cartons, souvent recyclés, sont contaminés par des huiles minérales et hydrocarbures dangereux pour la santé.

L’étude d’une centaine de produits européens examinés en laboratoire montre que la France fait figure de mauvais élève.... 6 produits testés sur 10 achetés en France présenteraient un risque cancérogène.

Des chiffres inquiétants

Près de la moitié des aliments testés dans les trois pays  d’études (l’Allemagne, la France et les Pays Bas) a été contaminée par des hydrocarbures aromatiques d’huile minérale, aussi appelés MOAH. Ces substances toxiques sont suspectées d’être cancérogènes, mutagènes (qui altèrent le patrimoine génétique) et de perturber le système endocrinien.

Quant aux hydrocarbures saturés, appelés les MOSH), ces substances qui s’accumulent dans les organes vitaux, ont été retrouvées dans 83% produits testés...

Parmi les emballages testés, nous retrouvons ceux de produits de grande consommation courante comme des pâtes pour enfants de la marque Carrefour, du cacao en poudre Nestlé ou Van Houten, des lentilles Auchan, des corn flakes Intermarché ou Monoprix, du couscous bio, ou encore du riz E. Leclerc.

Comment expliquer cette contamination ?

Les aliments peuvent être contaminés à toutes les phases de leur fabrication : sur la chaîne de production, durant le stockage ou encore le transport. Mais l’étude démontre que la plupart des huiles minérales ont migré dans les aliments à partir des emballages en papier ou carton recyclés. Le recyclage du papier est, bien sûr, important pour l’environnement, mais les emballages fabriqués à partir de fibres recyclées et imprimés aux encres chimiques présentent un danger réel pour la santé si les aliments ne sont pas protégés de façon adéquate. Un problème qu'il est difficile de contrecarrer pour nous simples consommateurs.

Un problème qui ne date pas d'aujourd'hui

André Cicolella, chimiste, toxicologue, président du Réseau Environnement Santé (RES), se félicite de l’initiative de foodwatch car elle se focalise sur un problème encore largement sous-estimé, celui de la contamination de l’alimentation. Le RES avait lancé l’alerte en février 2015 : « On ne pourra pas faire face à l’épidémie mondiale de maladies chroniques sans mettre en place une politique sérieuse de santé environnementale qui s’attaque au problème majeur de la contamination chimique généralisée », souligne M. Cicolella.

Le problème est connu depuis des années par l’industrie et les autorités, mais il est loin d’être tout réglé... pas très rassurant ! L’ONG Foodwatch demande donc des mesures urgentes et lance aujourd’hui une pétition en France, en Allemagne et aux Pays-Bas. Elle vise a sensibiliser directement le commissaire européen en charge de la Santé et de la Sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis, afin qu’il prenne ce problème à bras le corps.




A lire sur Bien manger

A découvrir sur le mag

Que ce soit pour un défaut de confection ou bien parce qu’il présente un risque sanitaire, un produit alimentaire peut être retiré de la vente. Nous vous tenons informée dès qu’un produit est rappelé auprès des clients. Evitez ainsi tous les risques sanitaires présents dans votre alimentation du quotidien ou dans les emballages. Vous n’avez plus besoin d’aller à la chasse aux informations, la rédaction est à l’affût pour vous ! Vous pouvez ainsi être tranquille au moment de préparer le repas et profiter de ce moment en famille.