Mon enfant se roule par terre en public, que faire ?

Mon enfant se roule par terre en public, que faire ?

Publié le 18 août 2014 à 09:32

Que faire face à une crise de larmes intarissables ou à une colère soudaine dans un magasin ou un lieu public ?

Pourquoi se met-il soudainement à pleurer ?

Entre 18 mois et 2 ans, un enfant peut éclater en sanglots et hurler à la moindre contrariété : ne vous inquiétez pas, ce ne sera pas forcément un petit monstre dans les années à venir, c’est tout simplement qu’il prend conscience du monde extérieur.

Son univers se résumait, jusque là, à ses parents, ses frères et sœurs, ses grands-parents, la crèche ou la nounou… Et soudain, il s’aperçoit qu’il y a d’autres personnes et des situations complexes qu’il ne comprend pas. Des informations lui arrivent de toutes parts, il prend peur et ses angoisses sont bien réelles et s’extériorisent en larmes et en cris.

Chez les petits de moins de 3 ans, le monde imaginaire est très important : aussi, lorsque votre bambin joue tout seul et se met soudainement à hurler, c’est peut-être tout simplement parce qu’une créature monstrueuse est venue s’immiscer dans son imagination.

Pour calmer les pleurs d’un petit, il faut lui demander ce qui lui a fait peur, le prendre dans ses bras et le rassurer pour qu’il se sente en sécurité : très souvent, les pleurs disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus.

Si, malgré tout, il semble toujours inquiet, vous pouvez faire le tour de la pièce où il joue pour lui montrer qu’il n’y a pas de monstre caché sous un lit ou dans une armoire.

Il se met à hurler dans un magasin

Tout à coup, votre bambin se met à se rouler par terre et à pousser des cris qui résonnent dans tout le magasin, tout cela parce que vous ne voulez pas qu’il touche à quelque chose ou bien ne souhaitez pas lui acheter ce dont il a envie. L’horreur : vous passez pour une mère incapable de gérer son enfant... Qu’à cela ne tienne, on est toutes passées par ces moments de grande solitude.

Ne vous démontez pas, restez calme et, surtout, ne flanchez pas : restez sur vos positions. Ne le consolez pas immédiatement, puis, lorsqu’il sera calmé, expliquez-lui calmement que vous n’acceptez pas son comportement et que vous souhaiteriez que cela ne se renouvelle pas.

Il ne faut surtout pas céder à cette colère car l’enfant comprend très vite et recommencera à chaque fois une nouvelle crise pour obtenir ce qu’il veut !

Ne lui proposez pas non plus de compensation : il doit apprendre à affronter peu à peu les frustrations qu’il connaîtra, de toutes façons, dans sa vie.