La sodomie : du plaisir aussi pour les femmes

La sodomie : du plaisir aussi pour les femmes

Publié le 30 janvier 2015 à 10:00

Beaucoup de femmes redoutent la sodomie, essentiellement par peur d’avoir mal. A tort d’ailleurs, car elle peut apporter beaucoup de plaisir si elle est faite avec un partenaire attentif, mais à raison aussi, car elle doit être pratiquée avec précaution.

- Publicités -

Découvrez une pratique souvent appréciée par les hommes, mais qui peut l’être également par les femmes.

Une pure jouissance pour l’homme

La sodomie est très souvent un fantasme masculin, ce qui peut tout à fait se comprendre puisque ce coït anal est un pur moment de jouissance pour l’homme.

En effet, l’anus est particulièrement contractile et il enserre davantage le pénis que le vagin qui se dilate lors de l’excitation : l’homme ressent donc beaucoup plus de plaisir, sans parler du sentiment de domination qui donne encore un peu plus de piment.

Chez la femme, la sensation de plaisir est également réelle, surtout si le clitoris est stimulé pendant la pénétration. Cependant la plupart des femmes sont plutôt réticentes à l’égard de cette pratique car elles ont peur d’avoir mal.

Comment faire pour ne pas avoir mal ?

Les femmes n’ont d’ailleurs pas forcément tort de craindre une douleur car, contrairement au vagin, l’anus ne sécrète pas de substance lubrifiante, ce qui rend la pénétration parfois difficile, voire douloureuse.

Un massage de la zone anale avant le coït, ainsi que l’introduction d’un doigt avant le pénis peut contribuer à détendre l’anus.

On peut également utiliser un lubrifiant (à base d’eau ou de silicone) avant de pratiquer une sodomie.

Varier les positions pour varier les plaisirs

Dans tous les cas, pour que les deux partenaires y trouvent du plaisir, la sodomie doit être consentie, désirée et doit s’accompagner de beaucoup de douceur.

Elle peut se pratiquer dans plusieurs positions. La levrette est la position préférée des adeptes de sodomie car elle permet de stimuler le clitoris pour plus de plaisir. Après, au choix, sur le ventre pour plus de confort ou sur le côté pour plus de sensations.

Ne pas négliger quelques précautions importantes

Cette pénétration anale nécessite toutefois quelques précautions, notamment vis-à-vis des infections :

  • La muqueuse de l’anus étant fragile et poreuse aux microbes, le risque de transmission de maladies sexuelles est augmenté : lors de partenaires multiples, il est donc indispensable d’utiliser un préservatif.
  • N’enchaînez pas directement une pénétration vaginale après une pénétration anale sans une petite toilette (ou un changement de préservatif) car les bactéries intestinales peuvent être à l’origine d’infections urinaires ou de vaginites.
  • Prenez garde également si vous êtes sujette aux hémorroïdes : la compression des veines anales lors de la pénétration peut entraîner une nouvelle crise hémorroïdaire.
  • Evitez également les pénétrations brutales qui ne sont pas sans incidence car elles peuvent provoquer des micro-coupures et des saignements : prévenez votre partenaire si la pénétration vous occasionne une gêne.

- Publicité -

- Publicité -