Phénomène de Raynaud : syndrome des mains et des pieds froids

Phénomène de Raynaud : syndrome des mains et des pieds froids

Publié le 08 février 2016 à 11:31

Un point sur la maladie de Raynaud, cette pathologie où les mains, les pieds, les oreilles ou le nez deviennent soudainement froids, blancs et engourdis : Quelles en sont les causes ? Comment cela se manifeste-t-il ? Quels sont les traitements et les moyens de prévention ?

- Publicité -

Définition

Le phénomène de Raynaud est un trouble réversible de la circulation sanguine au niveau des extrémités (principalement les doigts, plus rarement les orteils et parfois le nez et les oreilles).

Quand on est exposé au froid, le corps cherche à réduire sa perte de chaleur en resserrant les artérioles (petites artères) situées juste sous la peau afin de réduire l’exposition du sang au froid (pour maintenir le corps à bonne température) : c’est ce qu’on appelle de la vasoconstriction.

Chez une personne atteinte du phénomène de Raynaud, la vasoconstriction est excessive : les extrémités (mains, orteils, oreilles, nez, les lèvres…) deviennent soudainement blanches, froides et parfois insensibles ou engourdies, car le sang n’y circule plus pendant un moment avant de revenir à la normale.

Le phénomène de Raynaud toucherait 3 à 12% des hommes et 6 à 20% des femmes.

Symptômes

Le phénomène de Raynaud se manifeste par crise en présence d’un facteur déclenchant : bien souvent il s’agit du froid, mais d’autres facteurs peuvent entraîner ce type de phénomène comme l’exposition à l’humidité, les émotions ou encore le stress. Par ailleurs, le tabac et les boissons caféinées peuvent favoriser cette pathologie.

Une crise peut durer quelques minutes à quelques heures et se déroule en 3 phases :

  • La phase ischémique ou « syncopale » : les doigts deviennent blancs, froids et perdent leur sensibilité (s’engourdissent). Cela dure quelques minutes, parfois davantage.

Parfois la crise se limite à cette première phase, et la circulation sanguine redevient normale rapidement.

  • La phase dite "asphyxique" (car la partie touchée est privée d’oxygène) : les doigts deviennent bleus et la personne ressent des picotements, le plus souvent douloureux.
  • La phase de récupération : les parties touchées se réchauffent et les doigts se recolorent,  deviennent tuméfiés, rouges et douloureux, avant de reprendre un aspect normal.

Causes

Dans la plupart des cas (80%), cette pathologie n’a pas de cause connue : on l’appelle alors « maladie de Raynaud ». Elle apparaît souvent entre 15 et 25 ans et touche essentiellement les femmes. Cette maladie n’est pas grave mais peut toutefois avoir un retentissement sur la qualité de vie.

Chez les autres personnes concernées par le phénomène de Raynaud, celui-ci est « secondaire », c’est-à-dire lié à une autre pathologie ou à une cause identifiée, on parle alors de « Syndrome de Raynaud ». Les principales causes sont les suivantes :

  • la prise de médicaments ou de substances toxiques : bêtabloquants, interféron, contraceptifs œstro-progestatifs... mais aussi prise de cannabis, de cocaïne ou de LSD.
  • certaines maladies inflammatoires systémiques auto-immunes : la sclérodermie (maladie caractérisée par un durcissement progressif de la peau et parfois des viscères), le lupus systémique ou le lupus érythémateux disséminé, la dermatomyosite (inflammation de certains muscles et zones de la peau), le syndrome de Goujerot-Sjörgren (responsable d’une sécheresse des yeux, de la bouche et des muqueuses gynécologiques), la polyarthrite rhumatoïde.
  • certaines maladies des artères (comme l’athérosclérose), le syndrome du canal carpien, des pathologies endocriniennes (comme l’hypothyroïdie), des cancers ou des pathologies hématologiques (du sang).

Traitements

Il n'existe pas de traitement pour guérir la forme primaire de  maladie de Raynaud, mais il est toutefois possible de diminuer la fréquence des crises en modifiant certaines habitudes.

Par contre, il est tout de même important de consulter son médecin pour lui en parler afin qu’il vérifie qu’on ne soit pas en présence d’un syndrome de Raynaud secondaire à la prise de certains médicaments ou à une autre pathologie.

Que faire en cas de crise ?

La première chose à faire est de se mettre au chaud et de réchauffer les parties touchées avec des vêtements, sous l’eau chaude…

Il est important également de faire bouger ses doigts et ses orteils pour rétablir la circulation.

Si la crise est due à un stress ou à une émotion, il faut essayer de se mettre dans un endroit calme et respirer à fond pour tenter de se relaxer.

Dans les formes sévères de phénomène de Raynaud, le médecin peut prescrire certains médicaments qui peuvent agir comme vasodilatateurs (qui augmentent le calibre des vaisseaux sanguins).

Prévention

Outre le fait d’éviter de fumer et de consommer des boissons caféinées, la meilleure solution pour se prémunir du phénomène de Raynaud est de se protéger du froid en hiver, mais en été aussi !

Il faut toujours prévoir des gants, des grosses chaussettes, une écharpe à remonter sur le nez si besoin et un bonnet pour les oreilles. Il est possible d’acheter également des chauffe-mains et des chauffe-orteils qui sont de petits sachets qui contiennent des produits chimiques qui, une fois agités, génèrent de la chaleur (on trouve facilement ces produits dans les magasins de sports).

Il est important également d’éviter de porter des bagues trop serrées ou des chaussures trop étroites.

Si des crises vous réveillent la nuit, le ridicule ne tuant pas, portez des gants et des chaussettes !

Ne négligez pas non plus la saison estivale : n’hésitez pas à porter des petits gants quand vous allez dans les rayons réfrigérés ou même dans votre propre congélateur.

- Publicité -