Mon ado se couche trop tard… Que faire ?

Mon ado se couche trop tard… Que faire ?

Publié le 04 novembre 2014 à 09:14

Votre ado ne peut pas se lever le matin, il est toujours de fort mauvaise humeur ? C’est sûr, il se couche trop tard ! Trop d’écrans, d’excitants ou de sport en soirée peuvent perturber l’endormissement. Il est peut-être temps d’avoir une petite discussion avec lui pour faire un point et améliorer son sommeil.

- Publicité -

Des problèmes d’endormissement

Comme chaque jour, le réveil a été difficile ce matin et il est d’une humeur épouvantable : votre ado se couche trop tard le soir, ce qui rejaillit sur ses résultats scolaires et sur son caractère.

Il n’est pas le seul : 21 % des ados de 15 ans dorment moins de 7 heures par nuit, ce qui est totalement insuffisant à cet âge, puisque leurs besoins en sommeil augmentent et qu’ils devraient normalement dormir 9 heures (croissance oblige).

Les adolescents expliquent ce manque de sommeil par des problèmes d’endormissement. Et pour cause… la pratique de sport en soirée, les écrans, les excitants… les ados apprécient ces activités de fin de journée pour s’octroyer des moments de détente et de plaisir.

Pourtant, le sommeil est très important. Il serait donc bon de refaire le point avec eux sur ce qu’il est bien de faire ou de ne pas faire le soir.

Les bienfaits d’une bonne nuit

Avant d’établir des règles ou des interdits, expliquez ou réexpliquez à votre ado les bienfaits d’une bonne nuit.

La privation de sommeil entraîne un nombre incalculable de conséquences néfastes : somnolence diurne, irritabilité, fatigue, troubles de l’attention et de l’apprentissage (pendant le sommeil paradoxal, le cerveau imprime les leçons apprises au cours de la journée), baisse des défenses immunitaires (et donc risque d’être plus facilement malade)…

Rappelez-lui également qu’un bon sommeil stimule la croissance et limite les risques d'obésité : 2 arguments de poids à cet âge !

Le manque de sommeil, s’il s’installe durablement, peut même conduire à une dépression.

Par contre, veillez bien à que votre ado ne retarde pas son heure de coucher parce qu’il est anxieux et qu’il ressasse des idées noires. Dans ce cas, il aura besoin de votre aide pour s’en sortir, même s’il refuse de se l’avouer.

Fixer une heure de déconnexion

Pour des raisons encore inconnues, le rythme veille-sommeil des adolescents se décale d’une heure ou deux par rapport aux adultes. Le problème, c’est que les horaires de collège ou de lycée ne se décalent pas le matin !

Tant que le décalage reste limité à 1 heure, pas de souci. Les ados aiment veiller un peu tard et apprécient vraiment ces moments où ils échappent aux parents, où ils peuvent discuter avec leurs copains, écouter de la musique…

Par contre, il est impératif de fixer des limites pour l’utilisation des écrans (réseaux sociaux, jeux en ligne) : en effet, ces pratiques excitantes et chronophages empiètent sur leur sommeil.

De plus, les écrans LED diffusent une lumière bleutée qui bloque la sécrétion de la mélatonine, l’hormone du sommeil.

Vous devez donc fixer, en accord avec votre ado, une heure de déconnexion et vous y tenir : si à l’heure dite, votre enfant refuse d’arrêter, coupez la Wifi ou retirez-lui les écrans de sa chambre (téléphone, ordinateur…).

Pas d’excitants après 20 heures

Pour favoriser l’endormissement, une bonne hygiène de vie est indispensable : dîner tôt et léger pour favoriser la digestion, éviter le sport après 20 h, pas de cigarette non plus car elles excitent le système nerveux.

De même, à l’inverse de ce que beaucoup d’entre nous pensent, les douches chaudes ou bains chauds ne sont pas relaxants mais excitants (tout ce qui augmente la température du corps perturbe l’endormissement). Il vaut mieux, si l’on est courageux, prendre une douche fraîche.

La grasse matinée du week-end n’est pas suffisante pour récupérer des écarts de la semaine. Les adolescents pensent qu’en faisant la grasse matinée le week-end, ils vont pouvoir récupérer les heures de sommeil perdues de la semaine.

Encore faut-il qu’ils se couchent à la même heure qu’en semaine (ce qui est rarement le cas), et qu’ils ne se lèvent pas plus tard que 10 heures le dimanche pour éviter le décalage horaire du lundi matin !

- Publicité -