Bébé se réveille la nuit : que faire ?

Bébé se réveille la nuit : que faire ?

Publié le 02 mars 2016 à 14:52

Pourquoi bébé se réveille-t-il la nuit ? Quand fera-t-il la différence entre le jour et la nuit ? A quel âge fera-t-il ses nuits ? Dois-je laisser bébé pleurer ou aller le consoler ? Quelques réponses aux multiples questions que se posent les jeunes parents quand ils se trouvent confrontés à des nuits bien perturbées !

- Publicité -

Pourquoi se réveille-t-il tant la nuit ?

Pour les nouveaux parents, les nuits courtes sont, sans aucun doute, l’aspect le plus difficile de l’arrivée d’un nouveau-né. Car même si on le sait d’avance et qu’on s’y prépare pendant toute la durée de la grossesse, cela demeure une expérience parfois bien pénible pour les parents.

Naturellement ces nuits écourtées finissent par avoir des conséquences sur le niveau de patience et d’énergie des nouveaux parents… tout comme sur leur humeur !

Pourtant, rien à faire pour y échapper, tous les nouveau-nés se réveillent la nuit, sans exception, car ils ont un cycle de sommeil bien différent du nôtre. Leur horloge biologique est programmée pour trouver le sommeil sur des cycles de 3 ou 4 heures, sans se soucier du reste ! Un sommeil d’environ 6 heures consécutives est considéré comme une nuit complète (et malheureusement pour les parents, ce n’est pas si fréquent !). Et sachez que même si bébé fait de belles nuits pendants quelques jours, il peut très bien recommencer à se réveiller par la suite.

Les parents doivent donc s’adapter à l’horloge biologique de bébé et non l’inverse.

Il faut être patient et se souvenir que notre nourrisson ne fait pas encore la distinction entre le jour et la nuit. En attendant qu’il y parvienne, mieux vaut profiter de toutes les occasions de récupérer dans la journée et peut-être se permettre de petites siestes pendant qu’il dort !

Quand fera-t-il la différence entre le jour et la nuit ?

Ce n’est que vers l’âge de 6 mois que bébé fera la différence entre le jour et la nuit et c’est un apprentissage de longue haleine. Il faut se rappeler qu’il y a à peine quelques semaines, ce bébé vivait in utero où aucune notion de temps, aucun repère n’existaient tels qu’à l’extérieur. Ce sont des notions qu’il devra apprendre au fil du temps.

Bébé va donc progressivement trouver des repères grâce aux événements réguliers ou routiniers de la journée. La routine est importante dans ce processus et constitue la base de sa vie. Les jeux suivis du biberon, d’un bon bain chaud puis du moment de détente et de réconfort dans les bras de papa ou maman avec lumière tamisée sont un exemple de routine qui favorisera sa compréhension que l’heure du dodo de nuit approche.

La stimulation fournie pendant le jour permettra également de réduire les périodes de sommeil. En fait, l’environnement autour de notre bambin deviendra de plus en plus source de stimulations ou d’excitations, ce qui réduira naturellement la fréquence ou la durée des dodos de journée.

Il peut être également souhaitable de créer un environnement différent pour la sieste du jour : laissez la lumière du jour pénétrer dans la pièce et ne vous empêchez pas de vaquer à vos occupations en évitant de chercher un silence total à tout prix ! Cela peut l’aider à faire la distinction et à s’adapter. Tranquillement, il va associer ces bruits familiers au jour et le silence à la nuit.

A quel âge fera-t-il ses nuits ?

Les bébés se réveillent régulièrement afin de combler des besoins essentiels tels que s’alimenter. Alors que pendant la grossesse, on nourrissait notre petit trésor en continu (par le cordon ombilical), on tente maintenant de lui imposer un rythme plus distancé. Pas étonnant qu’il veuille parfois manger plus souvent qu’on ne le voudrait… même en plein milieu de la nuit !

Bébé commencera à faire ses nuits lorsque son besoin de boire diminuera, ce qui varie beaucoup d’un enfant à l’autre. Il est donc difficile de donner un âge précis, mais on peut penser que 3 ou 4 mois est une estimation réaliste. Rappelez-vous quand même qu’une nuit de sommeil représente 5 ou 6 heures d’affilée et non une nuit de 12 heures !

Dois-je laisser bébé pleurer ou aller le consoler ?

Il faut comprendre qu’entre 0 et 6 mois, les pleurs reflètent un besoin que nous, parents, devons prendre en compte. Beaucoup de personnes confondent besoin et caprice : avant 6 mois, il s’agit de besoin.

Lorsque bébé pleure la nuit, on se doit d’aller le consoler… mais attention, sans tomber dans l’excès ! Ne vous précipitez pas au moindre gémissement : quelques minutes d’attente pourraient lui donner la possibilité de se rendormir par lui-même et de s’habituer à ces petits réveils nocturnes !

Si les pleurs persistent après un certain temps, il est souhaitable qu’un des parents intervienne. Il faut savoir que bébé ne retient rien de positif à pleurer jusqu’à l’épuisement. Si on le laisse pleurer, il finira évidemment par se rendormir mais dans quelles conditions (colère, frustration, fatigue extrême…) ?

Même si certaines personnes crient victoire après quelques nuits de pleurs prolongés, le résultat peut avoir des conséquences moins intéressantes à moyen terme. L’enfant qui a cessé de pleurer a tout simplement abandonné après avoir compris qu’on ne va pas répondre à son besoin et réalise que personne ne viendra à lui. Le sentiment de pouvoir compter sur quelqu’un et de voir ses besoins affectifs comblés est pourtant la base du développement de la sécurité personnelle. Un enfant qui aura un déficit sur ce plan risque de devenir anxieux dans la vie.

Il est à noter que ce n’est que vers l’âge de 1 an qu’un enfant prend conscience qu’il peut utiliser les pleurs pour que l’on vienne à lui ou pour attirer notre attention.

Bref, nos bébés sont de petits êtres en construction. Jour et nuit, ils ont besoin de nous pour leur fournir de bonnes fondations pour le reste de leur vie.

- Publicité -