Les protections intimes en coton bio, une alternative naturelle en période de règles

Les protections intimes en coton bio, une alternative naturelle en période de règles

Publié le 23 octobre 2014 à 15:00

Moins polluantes et plus saines, les protections intimes fabriquées 100 % en coton bio gagnent à être davantage connues.

- Publicité -

Les protections intimes, une composition complexe

Les protections intimes « traditionnelles » de grandes marques pour femmes se vantent d’être fines, ultra absorbantes et parfumées, mais se demande-t-on seulement comment elles sont fabriquées ? Selon un article paru sur Consoglobe.fr intitulé « Ces substances que nous cachent… les protections intimes », les serviettes hygiéniques, tampons périodiques et autres protège-slips contiendraient de nombreuses substances chimiques : du chlore utilisé pour blanchir le coton et les fibres artificielles comme la viscose, des cristaux de polyacrylate de sodium, un polymère reconnu pour ses propriétés absorbantes, mais aussi (certes en faible quantité) des ingrédients toxiques comme de aluminium, des alcools, des additifs de parfum (particulièrement irritants), des hydrocarbures, sans oublier des pesticides et de la dioxine, substance cancérigène.

Des protections qui sont en contact direct avec l’une des partie de votre corps des plus vulnérables... Il y a de quoi se poser des questions. Dans le doute, mieux vaut se tourner vers des protections intimes plus naturelles, pour préserver notre santé mais aussi notre planète.

Les protections intimes bio, une solution ?

Il existe des protections naturelles pour vous protéger pendant vos règles. Vous pouvez avoir recours au système de la coupelle menstruelle, une protection hygiénique réutilisable qui recueille les règles, et aux protections en coton 100% bio.

Même si, par la production de déchets, elles ont un certain impact écologique, les tampons périodiques, les serviettes hygiéniques et autres protections estampillées bio ont le net avantage de préserver notre santé. En effet, il existe des protections 100% en coton biologique qui ont de nombreux atouts : elles préviennent les irritations (dues à la présence de viscose), les réactions allergiques et évite l’exposition à la dioxine.

Bio oui, mais sont-elles efficaces ?

Le coton est une matière naturelle reconnue pour son absorption, alors aucune inquiétude à avoir de ce côté là ! L’autre avantage de cette matière réside dans le fait que le contact avec la peau ou le muqueuse est confortable, aucune sensation d’échauffement ou de démangeaisons. Certes, vous devrez peut-être en changer plus souvent mais croyez-moi, le jeu en vaut la chandelle !

Notre sélection de protections intimes 100% coton biologique et biodégradables

La gamme SilverCare

Une ligne de protections intimes complète pour le début et les fins de règles, les règles abondantes ou non, disponibles en parapharmacie et en magasins bio. Pour vous donnez un ordre de prix, comptez environ, 4€ la boite de 30 Protège slips anatomiques, 4,50€ pour 10 serviettes Ultra-minces avec ailettes
et 5,90€ pour les 16 tampons avec applicateur.

La gamme Organyc

Le slogan « Pour la santé de la Femme et le respect de l’Environnement » annoté sur les boites résume toutes leurs qualités. Comme les produits SilverCare, ces protections sont en coton biologique. Dans cette gamme, on apprécie particulièrement les serviettes « spécial super flux et maternité » idéales pour le retour de couche ; et les tampons sans applicateur, moins générateur de déchet.

Ces produits sont disponibles sur la e-boutique Naturalforme.fr. Côté prix, on se retrouve dans la même fourchette que SilverCare : 24 protège-slips en vrac : 4,45€,  tampons avec applicateur à partir de 5,70€, tampons sans applicateur à partir de 4,70€ et serviettes 5,10€ les 10.

Si le prix est un peu plus élevé que des protections intimes « conventionnelles », je vous conseille vivement de faire le choix d’acheter des produits plus sains, plus naturels et plus écologiques pour votre hygiène intime.

Infos pratiques

Edit du 23 février 2016 : Selon l'enquête sur les protections intimes féminines de 60 millions de consommateurs de mars 2016, il semblerait que les protections bio, notamment Organyc, puissent contenir des résidus toxiques ( néanmoins à très faible dose) de glyphosate et dérivés.

- Publicité -