Comment gérer une cystite quand on est enceinte ?

Comment gérer une cystite quand on est enceinte ?

Publié le 30 septembre 2015 à 15:37

Bien entendu, en cas d’infection urinaire ou de suspicion d’infection urinaire, il est très important de consulter son médecin qui prescrira un prélèvement urinaire (ECBU) ainsi que des antibiotiques si nécessaire. Néanmoins, il est tout à fait possible d’accélérer la guérison en suivant quelques conseils et en associant de l’homéopathie au traitement du médecin.

- Publicité -

Une infection urinaire chez la femme enceinte, c’est vraiment dangereux ?

Une simple infection urinaire (encore appelée cystite) n’a rien de dangereux. Il suffit de se rendre rapidement chez son médecin pour qu’il prescrive un prélèvement urinaire et des antibiotiques si nécessaire.

Par contre, une cystite mal soignée peut devenir dangereuse pour la maman, mais aussi pour son bébé.

En effet, l’infection peut remonter jusqu’au rein et être alors à l’origine d’une pyélonéphrite (infection des reins) beaucoup plus grave qu’une simple infection urinaire.

Par ailleurs, une cystite mal traitée peut également être à l’origine d’un accouchement prématuré, d’un retard de croissance du fœtus ou, parfois, d’une infection du fœtus.

Il est donc très important de consulter un médecin en cas de suspicion d’infection urinaire (envie fréquente d’uriner, mal dans le bas ventre, douleurs à la miction, fièvre…).

Néanmoins, en complément de la prescription médicale, un traitement homéopathique et quelques conseils peuvent aider à accélérer la guérison.

L’homéopathie : un bon complément pour accélérer la guérison

Dès les premiers symptômes, il faut prendre du Sérum anticolibacillaire 8DH, à raison de 1 ampoule sous la langue 4 fois par jour pendant 3 jours.

On associe aux ampoules 5 granules de Cantharis 7CH et de Mercurius corrosivus 7CH toutes les heures le premier jour, puis 4 fois par jour les jours suivants.

On complète l’ensemble avec 5 granules de Sepia 7CH au coucher.

Il est également possible de prendre des formules toutes prêtes de chez Weleda : C358 et/ou C366, à raison de 5 granules 3 fois par jour de chaque.

En cas de fièvre on associe la formule C378.

A la place de Weleda, on peut prendre un complexe de chez Lehning (le N°9), à raison de 15 gouttes 3 fois par jour, en dehors des repas.

Du jus de cranberry pour lutter contre les germes

La canneberge (ou cranberry) empêche l’adhésion des bactéries Escherichia coli (un des germes les plus courants en cas d’infection urinaire) sur la paroi de la vessie.

Elle est donc très utile en cas de cystite pour éviter que les germes ne stagnent dans la vessie et qu’ils soient éliminés plus facilement.

En pratique, il suffit de boire un verre (mais plusieurs c’est encore mieux) de jus de cranberry tous les jours.

Quelques conseils hygiéno-diététiques

Le traitement de base, en cas de cystite, consiste à boire au moins 2 litres d’eau par jour : cela permet de bien drainer les reins et de nettoyer la vessie en éliminant un maximum de germes.

Par ailleurs, il est important de vider la vessie complètement quand on va aux toilettes : en effet, si on laisse un peu d’urine dans la vessie, les bactéries continuent à se multiplier.

Il est également conseillé de limiter tout ce qui contient de la caféine car celle-ci irrite la vessie : on parle, bien sûr du café, mais également des boissons caféinées, ainsi que du chocolat noir qui contient également de la caféine.

Sachez également que les épices, les agrumes, le persil, les asperges, les boissons gazeuses et les édulcorants artificiels à base d’aspartame augmentent aussi les risques d’irritation de la vessie.

Un guide formidable pour soigner tous les petits maux de la grossesse 

Ces conseils sont issus du livre « Se soigner au naturel pendant la grossesse et l’allaitement » de Carole Minker (docteur en pharmacie): un guide pratique, pleins de conseils et d’astuces pour soigner naturellement ou avec des médecines douces tous les petits maux qui peuvent apparaître pendant la grossesse.


 

Dans ce livre, de nombreux thèmes sont évoqués (brûlure d’estomac, diarrhée, hémorroïdes, constipation, nausée, mal de dos, insomnie, fatigue, jambes lourdes…) : pour chaque problèmes l’auteur propose des remèdes d’homéopathie, de phytothérapie, de gemmothérapie et des solutions naturelles (tisanes, aliments à privilégier ou à éviter, compléments alimentaires…) qui permettent d’aider les futures mamans à gérer les principaux soucis liés à la grossesse.

« Se soigner au naturel pendant la grossesse » de Carole Minker, aux Editions Larousse – 14,90 €

- Publicité -