Cancer du sein : une signature ADN pourrait permettre de prévoir le risque de récidive

Cancer du sein : une signature ADN pourrait permettre de prévoir le risque de récidive

Publié le 05 octobre 2010 à 00:00

Des médecins et chercheurs de l'Inserm et de l'Institut Curie ont découvert une signature ADN, caractérisée par des altérations du "matériel génétique", qui aurait la capacité de prévoir le risque de récidive chez les femmes atteintes d'un cancer du sein. Publiés dans Genes Chromosomes and Cancer lundi 4 octobre, leurs travaux pourraient permettre de prescrire une chimiothérapie uniquement aux femmes à fort risque métastatique afin d'épargner celles qui n'ont aucun risque de récidive.

(Relaxnews) - Pour parvenir à de tels résultats, les chercheurs ont étudié des altérations génétiques parmi des échantillons biologiques prélevées chez 168 patientes atteintes de cancers du sein de taille inférieure à 3cm, diagnostiquées entre 1989 et 1999. Les scientifiques ont, par la suite, analysé les données génétiques fournies par les prélèvements tumoraux.

Résultat, les chercheurs ont mis en évidence une signature ADN comportant des modifications dans trois "régions chromosomiques" différentes et prenant en compte le nombre d'altérations génomiques. Cette signature, dite "Curie", est essentiellement basée sur des altérations du génome des cellules tumorales.

Ainsi, un prélèvement de quelques cellules tumorales pourrait permettre à long terme d'identifier les patientes porteuses de cette signature.

"Avec cette signature, nous devrions être à même de mieux prédire le risque de survenue de métastases chez les patientes ne présentant aucun signe avant-coureur d'un risque de dissémination", précisent les principaux auteurs de l'étude.

Les scientifiques précisent néanmoins que ces résultats devront être confirmés par des études complémentaires pour envisager de proposer des tests permettant d'aider les cancérologues dans "leurs choix thérapeutiques".

- Publicité -

- Publicité -