Les anti-transpirants

Les anti-transpirants

Publié le 16 août 2012 à 14:00

Mains moites, dos trempé, auréoles sous les bras, pieds qui sentent très mauvais ? Halte à ces problèmes de transpiration excessive, si gênante pour vous et votre entourage ! Si votre déodorant quotidien ne vous suffit plus, alors n’hésitez pas à y ajouter un petit traitement supplémentaire anti-transpirant qui vous permettra d’oublier tous ces petits tracas.

- Publicité -

La transpiration : comment ça fonctionne ?

La transpiration est un phénomène normal qui permet de maintenir le corps aux alentours de 37°C. L’activité physique, la chaleur, parfois même un stress émotionnel (rendez-vous, examen…) augmentent la température corporelle. L’organisme réagit en sécrétant de la sueur qui permet d’abaisser cette température.

La sueur, outre cette fonction de thermorégulation, aura également une fonction d’élimination des toxines et des déchets de l’organisme, mais également une fonction de protection en lubrifiant la peau (afin d’éviter les problèmes d’échauffement).

La sueur est fabriquée par plusieurs millions de glandes sudoripares (de 2 à 4 millions, leur nombre variant d’un individu à l’autre). Ces glandes sont situées au niveau de la peau.

Ces glandes sont de 2 types :

  • les glandes eccrines sont réparties sur tout le corps, mais en plus grande abondance au niveau de la paume des mains, de la plante des pieds et des aisselles. Elles jouent un rôle majeur dans la régulation thermique corporelle (la sécrétion est d’environ 1 litre par jour mais peut atteindre 10 litres en cas de transpiration excessive).
  • Les glandes apocrines, actives à partir de la puberté, se situent essentiellement dans les régions axillaires et génitales. Ces glandes fabriquent un liquide inodore au départ, mais qui en se décomposant sous l’action de bactéries, va donner une odeur désagréable. Elles participent très peu au phénomène de thermorégulation.

Déodorants ou anti-transpirants ?

On a tendance à confondre les déodorants et les anti-transpirants ; ces deux produits sont pourtant fort différents, et ne contiennent d’ailleurs pas les mêmes principes actifs.
 
Les déodorants agissent uniquement sur la sueur elle même en masquant les odeurs désagréables, mais absolument pas sur le mécanisme de fabrication de celle-ci.
Leur composition est simple puisque leur fonction est uniquement de réduire les odeurs corporelles : ils contiennent un parfum pour masquer l’odeur de la transpiration, et un ou plusieurs agents anti-bactériens pour réduire le nombre de bactéries responsables de ces odeurs désagréables.
Leur application pourra être quotidienne.
 
Les anti-transpirants, encore appelés antiperspirants, ont une double action : ils réduisent les odeurs corporelles et agissent sur le mécanisme de production de la sueur en l’inhibant.
Ils seront composés d’un parfum pour masquer les odeurs, et d’un agent ayant une double fonction anti-transpirante et anti-bactérienne, la plupart du temps des sels d’aluminium qui réduisent le flux de la transpiration et diminuent le nombre de bactéries responsables des odeurs. D’autres sels peuvent être associés aux sels d’aluminium : les sels de zirconium (action astringente qui resserre les pores de la peau et bactériostatique qui empêche la multiplication des bactéries) ou les sels de zinc (eux aussi bactériostatiques).
 
Les sels d’aluminium forment un gel à la surface de la peau tout en la laissant respirer; ceci a pour effet de resserrer les pores de la peau et de boucher en partie les canaux sudoripares, entraînant la réduction du flux de transpiration.
Ces produits ne devront pas être utilisés quotidiennement (sauf en tout début de traitement), mais uniquement 2 à 3 fois par semaine. 
 
Attention : des rumeurs font état d’un lien entre certains cancers du sein et l’utilisation des sels d’aluminium : ces produits ont fait l’objet d’études rigoureuses (National Cancer Institute, Food and Drug Administration, Afssaps) ; il n’existe, à ce jour, aucune preuve que les sels d’aluminium entrant dans la composition des anti-transpirants soient à l’origine de cancers du sein.

Quels produits anti-transpirants utiliser ?

Le plus ancien anti-transpirant est la pierre d’alun (déjà utilisée chez les Grecs). Elle est composée de sulfate double d’aluminium et de potassium ayant des propriétés astringentes, bactéricides et même hémostatiques (stoppe les saignements). Cette pierre d’alun s’applique directement sur la peau après avoir été humidifiée.
 
Les produits anti-transpirants peuvent être utilisés pour les aisselles mais également au niveau des pieds (où la transpiration excessive entraîne des problèmes d’odeurs très gênants). 
Plusieurs produits existent : Etiaxil (en roll-on pour les aisselles et lotion pour les pieds), Zirconal de chez Addax (poudre ou spray), Klorane (pour les aisselles en stick, spray sec, bille)…
Il est possible de choisir peau normale ou peau sensible dans certaines gammes (les produits pour peau sensible seront un peu moins dosés en sels d’aluminium, ce qui ne réduit pas pour autant leur efficacité).

Quelques précautions d’emploi pour les anti-transpirants

Ces produits devront être appliqués le soir car on transpire moins la nuit, et l’efficacité est donc améliorée (attention ces produits peuvent tacher certains tissus !). Au réveil un simple lavage avec du savon suffit, ce qui ne réduit pas l’efficacité du produit.

Il ne faudra pas utiliser ces produits sur une peau lésée (ils contiennent de l’alcool) car ils seraient très irritants ; attention également de ne pas les utiliser après une épilation ou un rasage !

La peau devra toujours être parfaitement sèche avant l’application, hormis pour la pierre d’alun (car l’humidité peut entraîner des picotements avec l’utilisation de ces produits) ; n’hésitez pas à utiliser un sèche-cheveux si nécessaire !

Le produit devra être appliqué tous les soirs en début de traitement, jusqu’à amélioration des symptômes de transpiration (2 à 3 jours suffisent en général). Puis le produit sera appliqué 1 à 3 fois par semaine afin de garder la transpiration sous contrôle.

Attention : les premières applications peuvent engendrer des irritations chez certaines personnes ; dans ce cas il faut rincer les aisselles à l’eau froide et appliquer une crème ou un lait  apaisant sur la zone irritée. Le traitement pourra être repris le soir suivant en diminuant les quantités de produit appliqué.

L’arrêt définitif du produit peut entraîner la disparition de l’efficacité du traitement ; dans ce cas il faut recommencer le traitement dès le début.

L’utilisation d’un déodorant classique à usage quotidien en complément du traitement anti-transpirant ne pose aucun problème.

Attention : ces produits ne peuvent pas être utilisés avant l’âge de 15 ans. L’utilisation chez la femme enceinte ne se fera que sur avis médical.

Les produits anti-transpirants pourront être utilisés sur d’autres zones que les aisselles ou les pieds (en évitant toutefois les yeux, la bouche et les muqueuses) ; ainsi le produit pour pieds (peau normale) pourra être utilisé pour les mains à transpiration excessive : il faudra appliquer le produit à l’aide d’un coton sur des mains propres, sèches et non lésée, le soir (ne plus se laver les mains après, attendre le lendemain matin pour les rincer à l’eau et au savon).

Quelques conseils supplémentaires

Pour limiter la prolifération des bactéries, une toilette quotidienne, voire biquotidienne pourra être faite avec un produit antiseptique sur les zones de transpiration excessive.

Il est conseillé de prendre des douches fraîches, voire froides (action astringente qui resserre les pores de la peau).

Concernant les vêtements, préférez les chaussettes et sous-vêtements en coton, utilisez des vêtements amples. Les chaussures en cuir sont à privilégier.

L’épilation régulière des aisselles sera importante car les poils retiennent la sueur (attention à ne pas utiliser de produit anti-transpiration juste après l’épilation car risque d’irritations !) 

- Publicité -