Guide des médicaments inutiles et dangereux : les auteurs interdits d’exercer la médecine

Guide des médicaments inutiles et dangereux : les auteurs interdits d’exercer la médecine

Publié le 19 mars 2014 à 10:12

Les auteurs du "Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles et dangereux" viennent d’être interdits d’exercer pendant un an.

Le  "Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux"  avait été publié par les professeurs Philippe Even et Bernard Debré en octobre 2012 et avait aussitôt connu un très grand succès en librairie.

"Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles et dangereux" : une source de contreverses

Ce livre, très controversé par la profession médicale, a conduit ses auteurs à une interdiction d’exercer la médecine durant un an (dont 6 mois avec sursis), sanction déposée par la Chambre régionale de l’ordre des médecins d’Ile-de-France le mardi 18 mars 2014.

Ce guide, qui avait demandé 7 000 heures d’analyse et 20 000 références internationales, selon ses auteurs, a été qualifié de ramassis d’erreurs et de mauvais conseils : « Ce livre, truffé d'erreurs, ne peut pas être considéré comme un guide d'information objectif » avait critiqué Jean-François Bergmann, chef du service de médecine interne à l'hôpital parisien Lariboisière.

La Fédération française d’allergologie a notamment porté plainte après les propos diffamatoires des deux professeurs, traitant les allergologues de gourous, de charlatans ou de marchands d'illusions. Les Pr Even et Debré estimaient également que la désensibilisation était « ni fondée, ni efficace, ni sans danger ».

Les cardiologues ont également attaqué le guide après la remise en cause des médicaments anti-cholestérol, et notamment des statines. Cet ouvrage affirmait que « les statines sont distribuées au robinet par les cardiologues et les généralistes à presque tous les hommes et femmes de plus de 50 ans ». En critiquant ces produits, le Conseil de l’Ordre estime que les Professeurs Even et Debré ont « gravement manqué à l’obligation de prudence », car les dires du guide pouvaient entraîner des arrêts de traitements par les patients.

Le Conseil de l’Ordre des médecins a insisté sur la motivation de cette sanction car il convient « d'éviter de mettre en cause la compétence et l'honnêteté de médecins, notamment allergologues et cardiologues ».

Le Conseil de l’Ordre a également reproché aux auteurs leur manque de confraternité.

- Publicité -

- Publicité -