Ma trousse aromathérapie spécial sport

Ma trousse aromathérapie spécial sport

Publié le 18 août 2017 à 12:09

Particulièrement efficaces pour préparer les muscles, les détendre, éviter les courbatures, soulager les douleurs ou les inflammations, les huiles essentielles aident à reprendre le sport en douceur et surtout sans douleur ! Et pour les grands sportifs, l’utilisation de ces huiles présente un énorme avantage : pas de souci pour le contrôle anti-dopage !

5 huiles indispensables dans la trousse du sportif

Voici une sélection de 5 huiles essentielles qui permettent de faire face à de nombreux petits soucis que l’on peut rencontrer en faisant du sport : douleur, inflammation, entorse, choc, courbatures…

L'huile essentielle de Gaulthérie : contre les douleurs intenses

Elle contient du salicylate de méthyle qui lui confère de remarquables propriétés anti-inflammatoire et antalgique.

Un faux mouvement, une tendinite, un effort trop intense, l'huile essentielle de Gaulthérie calmera rapidement toutes les douleurs ou inflammations.

Attention, toutefois, le salicylate de méthyle appartient à la famille des salicylés (comme l’aspirine). La Gaulthérie est donc contre-indiquée chez les personnes allergiques à l’aspirine ou à ses dérivés, ainsi que chez les personnes sous anticoagulants.

Elle est également déconseillée chez l’enfant de moins de 12 ans, chez les femmes enceintes ou allaitantes et chez les personnes épileptiques.

L'huile essentielle d’Hélichryse : un anti-bleu exceptionnel

C’est l’huile essentielle anti-hématome par excellence. Lorsque vous vous tapez, ou même en cas d’entorse, pour éviter l’apparition d’un bleu, rien de telle que cette huile essentielle au pouvoir anti-hématome puissant, mais également aux propriétés anti-inflammatoire, cicatrisante et veinotonique capillaire.

Pour les coups : appliquez le plus vite possible sur la zone touchée par le choc, 1 goutte d’huile essentielle d’Hélichryse et renouvelez l’application 1 heure après si besoin.

Pour les entorses : appliquez, le plus rapidement possible, 3 gouttes d’huile essentielle d’Hélichryse pure sur la zone touchée. Puis, pendant quelques jours, appliquez 3 fois par jour 1 goutte de cette huile essentielle diluée dans de l’huile végétale de Calophylle (en dilution à 10 % maximum) pendant 1 semaine.

Cette huile essentielle est contre-indiquée chez l’enfant de moins de 7 ans, chez les femmes enceintes ou allaitantes et chez les personnes épileptiques.

Huile essentielle de Lavandin super : le décontracturant par excellence

Cette huile essentielle est très appréciée des sportifs car elle décontracte, relaxe et prépare le muscle en douceur. Et en prime, comme elle possède des effets relaxants, elle aide à déstresser avant une compétition !

Une huile essentielle à utiliser en massage avant et après l’effort en diluant 30 gouttes dans un flacon de 30 ml d’huile d’Amande douce.

Cette huile essentielle est contre-indiquée chez l’enfant de moins de 7 ans, chez les femmes enceintes ou allaitantes et chez les personnes épileptiques.

L'huile essentielle d’Eucalyptus citronné : l’anti-inflammatoire du sportif

Cette huile essentielle au fort pouvoir anti-inflammatoire et anti-douleur sera votre alliée pour soulager des articulations sensibles ou encore des tendinites.

Ainsi, pour soulager une articulation qui aurait été trop sollicitée, appliquez 1 à 2 gouttes de cette huile essentielle diluées dans de l’huile végétale de Calophylle (également anti-inflammatoire) 2 à 3 fois par jour sur la zone sensible. Et n’oubliez pas de mettre votre articulation au repos pendant quelques jours !

Cette huile essentielle est contre-indiquée chez l’enfant de moins de 7 ans, chez les femmes enceintes ou allaitantes et chez les personnes épileptiques.

L'huile essentielle de Menthe poivrée : un effet anesthésiant immédiat

En cas de douleur importante, appliquez quelques gouttes d’huile essentielle de Menthe poivrée sur la zone sensible : grâce à son effet réfrigérant, elle anesthésiera la douleur immédiatement.

Cette huile essentielle est contre-indiquée chez l’enfant de moins de 7 ans, chez les femmes enceintes ou allaitantes et chez les personnes épileptiques.