Le sel rose de l’Himalaya : le must du must en sel

Le sel rose de l’Himalaya : le must du must en sel

Publié le 22 janvier 2016 à 11:35

Le sel est souvent considéré comme un danger pour la santé. Il durcit les artères et retient l’eau dans le corps. Mais il y a sel et sel: celui des marais salants, celui que l’on extrait des mines, et le sel rose que l’on trouve dans certains gisements de l’Himalaya.

- Publicité -

Il faut savoir choisir son sel

Le sel alimentaire est souvent présenté comme un aliment nocif qui provoque de nombreux troubles de santé (hypertension, obésité…).

Cela est vrai, non seulement parce que nous en consommons trop, mais aussi parce que nous en consommons mal. La plus grande partie du sel que nous absorbons quotidiennement est, en effet, du sel raffiné bourré d’anti-agglomérants et parfois même artificiellement enrichi en iode.

Il est préférable de choisir du sel à l’état brut beaucoup plus riche en oligo-éléments (potassium, magnésium, calcium…).  

Pourtant, même si c’est toujours mieux que le sel de de table, le sel de mer est de plus en plus traité et, avouons-le, nos océans sont de plus en plus pollués chaque année.

Un autre choix s’offre à nous en matière de sel : le sel cristallin rose de l’Himalaya. Il est non iodé et ne comporte aucun additif, il n'est ni traité, ni raffiné, ni exposé à la pollution environnementale : bref, le must du must !

Un sel vieux de 250 millions d’années

Le sel cristallin rose de l’Himalaya s’est formé il y a 250 millions d’années à la suite de l’assèchement d’un océan au Pakistan. C’est la forme la plus rare de sel.

Enseveli pendant des millénaires, ce sel s'est oxydé au contact du fer présent sous la terre, lui donnant sa couleur rosée caractéristique.

Puis des mouvements tectoniques ont créés l’Himalaya, faisant ainsi remonter le sel vers la surface.

Le sel cristallin de l’Himalaya est extrait aujourd'hui de la mine de Khewra, à environ 500 mètres de profondeur, sous forme de grands blocs.

Ces blocs sont transportés dans une usine locale où ils sont concassés puis emballés sur place.

Une structure fondamentalement différente de celle du sel traditionnel

La structure du sel cristallin de l’Himalaya est très particulière.

En effet, suite à la pression énorme subie lors de la formation du massif himalayen, les éléments du sel cristallin de l’Himalaya ont adopté une forme colloïdale ionisée, ce qui signifie que les cristaux sont suffisamment petits pour que les cellules de notre organisme les absorbent très facilement.

Par ailleurs, le sel de l’Himalaya est très riche en oligo-éléments, notamment du fer, du magnésium, du calcium, du potassium, du zinc, du phosphore, du cuivre, du manganèse, du chrome… En tout, on retrouve plus de 80 oligo-éléments dans ce sel, ce qui lui confère exactement la même composition minérale que notre sang. Le sel de l’Himalaya permet donc une bonne régénération du sang.

Les bienfaits du sel de l’Himalaya

Il stimule les fonctions immunitaires

Les bienfaits d’une consommation régulière de sel de l’Himalaya, outre un apport, sous une forme pure et préservée, de minéraux immédiatement assimilables, montre une amélioration du terrain qui se répercute sur les fonctions d’auto-guérison du corps en renforçant le système immunitaire et en provoquant un rééquilibrage énergétique.

Une action détox

La consommation de sel cristallin entraîne une détoxication en profondeur de l’organisme.

Le sel de l’Himalaya dissout toxines, déchets et substances nocives présents dans le corps (propriété vérifiée par analyse d’urine). Il élimine notamment les métaux lourds (mercure, plomb) et dissout les dépôts calcaires.

D’ailleurs, sur le long terme, l’usage de l’eau salée au cristal de sel de l’Himalaya a une action bénéfique sur des affections comme l’arthrose, l’arthrite, les rhumatismes déformants ou les calculs rénaux et biliaires, car il aide l’organisme à briser les dépôts et à les éliminer.

Il lutte contre les problèmes d’acidité de l’estomac et les reflux gastriques

Le sel de l’Himalaya rétablit l’équilibre acido-basique (le pH sanguin) et agit de manière spectaculaire sur la gêne causée par des reflux gastriques chroniques.

Bénéfique sur les problèmes d’eczéma et de psoriasis

Utilisé en bain, il a une action bénéfique sur les problèmes de peaux sèches, tels qu’eczéma et psoriasis.

Plusieurs possibilités pour utiliser le sel de l’Himalaya

  • On peut tout simplement utiliser ce sel comme sel de cuisine, en gros sel ou en sel moulu.
  • Il est également possible de faire des cures minérales pour rebooster votre organisme ou pour lutter contre des problèmes chroniques d’arthrite, de rhumatisme ou encore d’acidité gastrique.

Pour cela, il faut dissoudre quelques cristaux de sel de l’Himalaya dans un litre d’eau de source. Après une heure environ, on obtient une solution saturée à 26% et prête à l’emploi. Si les cristaux de sel ne sont pas entièrement dissous, on peut compléter peu à peu le mélange avec de l’eau jusqu’à ce que tous les cristaux soient dissous.

Chaque matin, on prend une cuillère à café de cette eau salée dans un verre d’eau de source. Il faut faire des cures de 21 jours suivies d’une pause de 7 jours.

  • Le sel de l’Himalaya peut aussi être utilisé en bain (soit pour les problèmes de peaux sèches) soit comme traitement détoxiquant : ces bains, très relaxants, aident l’organisme à se décharger des toxines.

On dissout 500g de sel dans le fond de la baignoire que l’on remplit d’eau et on prend 2 bains par semaine pendant quinze jours, puis on interrompt la cure pendant quinze jours avant de la reprendre une fois. Le bain ne doit pas durer plus de 30 minutes.

  • En usage cosmétique, le sel de l’Himalaya équilibre le pH de la peau et la purifie.

Mélangé à de l’argile, il peut donc être utilisé comme masque de beauté (attention, il ne faut pas laisser poser le masque plus de 10 minutes afin de ne pas obstruer les pores de la peau).

  • Et pour finir, le sel de l’Himalaya peut être utilisé en inhalations salines qui permettent de déboucher le nez aussi efficacement que les huiles essentielles.  

On dissout 2 à 3 cuillères à café de sel dans 300 ml d’eau bouillante et on inhale la vapeur pendant une dizaine de minutes.

- Publicité -