Transpiration : la pierre d'alun comme déodorant, inoffensive ou pas ?

Transpiration : la pierre d'alun comme déodorant, inoffensive ou pas ?

Publié le 05 septembre 2013 à 11:00

La pierre d’alun est connue comme le « déodorant naturel par excellence »… mais, gare aux fausses pierres d’alun !

La transpiration, un phénomène naturel

La transpiration est un phénomène naturel qui permet de réguler la température du corps afin de le maintenir aux environs de 37°C.

La transpiration est créée par les glandes sudoripares que l’on peut séparer en deux groupes : les glandes eccrines et les glandes apocrines.

Les glandes eccrines sont réparties sur toute la surface du corps et particulièrement nombreuses au niveau de la plante des pieds, des paumes de la main et du cuir chevelu. Elles sont stimulées par l’exercice physique ou la chaleur. Elles sécrètent un liquide  constitué de 99 % d’eau : la sueur.

Les glandes apocrines se trouvent au niveau des aisselles, des paupières et des oreilles. Elles sont très souvent collées à un poil. En présence d’une émotion ou d’un stress, elles sécrètent un liquide alcalin, opaque et gras. Ce liquide, lorsqu’il est décomposé par des bactéries à la surface de la peau, est à l’origine des odeurs de transpiration corporelle.

Le sébum secrété par les glandes sébacées peut se mélanger au liquide des glandes apocrines et produire une odeur très désagréable.

La transpiration peut être un véritable handicap au quotidien, notamment dans les cas d’hyperhidrose.  L’hyperhidrose est une production excessive de sueur au niveau des aisselles des paumes et des plantes des pieds. Elle est très souvent déclenchée lors de situation de stress ou d’émotion intense. En plus de l’inconfort provoqué par la sensation d’humidité, s’ajoute l’odeur désagréable provoquée par cette transpiration excessive.

La pierre d’alun, déodorant inoffensif ou pas ?

Plusieurs solutions existent pour lutter contre la transpiration

  • Le déodorant : il masque les odeurs en associant un ou plusieurs agents antibactériens qui diminueront la quantité de bactéries présentes au niveau des aisselles et responsables des odeurs. Parfois, un parfum est associé à ces agents antibactériens.
  • L’anti-transpirant : en plus du parfum, il contient des sels d’aluminium efficaces pour lutter contre la prolifération des bactéries. Ces sels d’aluminium permettent également de réguler le flux de transpiration, en resserrant les pores de la peau.
  • La pierre d’alun : pour les adeptes du naturel. Mais attention à la pureté  de ces produits qui peut varier d’une pierre à l’autre !

Les différentes sortes de pierres d’alun

Il faut savoir que les pierres d’alun ne sont pas toutes les mêmes. On trouve sur le marché des pierres d’alun dite « naturelles » alors qu’il s’agit de conglomérats de sulfate d’aluminium mélangés à d’autres ingrédients chimiques.

La véritable pierre d’alun est un sulfate appelé Kalunite (attention ne pas confondre avec alunite qui est un hydroxysulfate double d’aluminium et de potassium). On peut reconnaître la Kalunite par son apparence transparente, marbrée, et surtout par son origine « made in Panama ».

La pierre de Kalunite est connue depuis l’Antiquité. Elle est aujourd’hui utilisée dans de nombreux produits cosmétiques naturels (déodorants, mais aussi shampoings, savons, after-shave, tonifiants…).

Les principes actifs de la Kalunite reposent sur ses propriétés légèrement bactéricides et hémostatiques.

La pierre d’alun contient-elle de l’aluminium ?

Tout dépend des pierres d’alun. Les pierres d’alun synthétisées, comme c’est le cas de 80 % de celle du marché, contiennent de petites quantités d’aluminium.

La pierre d’alun à base de Kalunite contient très peu d’aluminium et a l’avantage de ne pas pénétrer dans la peau. En effet, la Kalunite sur la peau se transforme en hydroxyde qui n’a pas la capacité de pénétrer l’épiderme car le pH de la sueur n’est jamais inférieur à 4,8 (donc jamais très acide).

Avec la Kalunite, les bactéries sont bloquées à la surface de la peau et pas en profondeur.

La Kalunite possède d’importantes propriétés désodorisantes.

Pour rappel, le sel d’aluminium qui a crée une polémique concernant ses effets cancérigènes est le chlorhydrate d’aluminium. Sachez tout de même, qu’à l’heure actuelle, tout ceci n’est qu’une hypothèse et rien n’a été prouvé.