Pourquoi suis-je si fatiguée à la fin de l’hiver ?

Pourquoi suis-je si fatiguée à la fin de l’hiver ?

Publié le 30 mars 2015 à 14:00

Manque de sommeil, de luminosité, de vitamine D… de nombreux facteurs peuvent expliquer que nous nous sentions si fatigué en fin d’hiver.

Rassurez-vous, la fatigue est un phénomène normal à la fin de la mauvaise saison, mais quelques astuces peuvent vous aider à limiter les symptômes.

Nous n’écoutons pas notre horloge interne

Le sommeil est régulé par notre horloge interne qui dépend notamment d’une hormone, la mélatonine. Cette hormone est secrétée lorsqu’il fait nuit et elle induit la sensation de sommeil.

Pendant les mois où les jours sont plus courts, nous devrions donc dormir davantage si nous écoutions notre horloge biologique. Pourtant, dans notre société moderne, l’électricité nous permet de continuer de vaquer à nos occupations, de regarder la télévision, de rester sur l’ordinateur jusqu’à des heures parfois tardives. Notre tête n’écoute donc pas notre corps, qui se retrouve alors très fatigué à la fin de l’hiver.

Mais, ces journées d’hiver plus courtes n’entraînent pas qu’un problème de sécrétion de mélatonine, d’autres troubles apparaissent avec le manque de lumière.

Une luminosité trop faible

En hiver, non seulement, les journées sont plus courtes, mais, en plus, l’intensité lumineuse est très basse : elle passe de 100 000 lux pour les journées d’été ensoleillées à moins de 2 000 lux !

Ce manque de lumière provoque l’augmentation de sécrétion de la mélatonine, mais également d’autres hormones qui engendrent une sensation de fatigue, des troubles de l’humeur, une baisse d’énergie ainsi qu’un moral dans les chaussettes. Il peut même entraîner des problèmes de dépression saisonnière.

Pour essayer de ressentir le moins possible ces symptômes, il est important de sortir à l’extérieur dès que vous en avez l’occasion. Au moindre petit rayon de soleil (ou même d’ailleurs lorsqu’il n’y a pas de soleil), allez vous promener. La lumière du jour, même si elle est faible vous fera le plus grand bien, ne serait-ce qu’en vous apportant un peu de vitamine D.

Une vitamine essentielle

En hiver, au moins 80 % des français manquent de vitamine D et très souvent sans le savoir.

En effet, le manque de vitamine D n’a pas de symptômes spécifiques. On se sent parfois tout simplement fatigué, avec des douleurs chroniques, le moral dans les chaussettes…

L’été (d’avril à octobre), le problème se pose beaucoup moins, puisqu’une exposition au soleil des mains, avant-bras et visage, au moins 15 minutes 3 fois par semaine, apporte dose requise en vitamine D.

La solution est encore la même : faites une petite promenade quotidienne. Et même si l’apport est moindre qu’en été, le fait de sortir à la lumière extérieure ne pourra être que bénéfique.

Vous pouvez également trouver de la vitamine D dans l’alimentation avec les poissons gras (saumon, thon, sardine, truite), le lait ou encore les œufs : n’hésitez pas à augmenter un peu les quantités de ces aliments durant la mauvaise saison. 

En plus de redonner de l’énergie, la vitamine D stimule également l’immunité… un grand atout après l’hiver, surtout si l’on a déjà été plusieurs fois malades entre octobre et mars.

L’immunité est affaiblie

Il n’est pas rare d’avoir subi quelques infections durant la saison hivernale : grippe, gastro, rhume, bronchite, angine… difficile de passer au travers de tout.

L’organisme a dû se battre pour lutter contre tous ces germes indésirables et le voici bien affaibli en fin d’hiver au risque de retomber malade une fois de plus.

Pour vous aider à stimuler votre immunité, pensez aux huiles essentielles et tout particulièrement à celles qui contiennent du cinéole, comme les huiles essentielles d’eucalyptus radié ou d’eucalyptus globuleux, de romarin à cinéole, de myrte, ou encore de ravintsara. En effet le cinéole possède des vertus immunostimulantes reconnues.

Vous pouvez également vous tourner vers l’homéopathie en prenant 1 dose de Sérum de Yersin en 9 CH chaque semaine.

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que comme nous avons changé d’heure ce week-end, nous allons pouvoir profiter de la luminosité naturelle extérieure plus longtemps le soir.

 

 

 

 

 

- Publicité -

- Publicité -