Ivresses répétées, les conséquences sur le cerveau des adolescents

Ivresses répétées, les conséquences sur le cerveau des adolescents

Publié le 10 janvier 2013 à 04:00

Selon une étude parue dans le dernier numéro de la revue Neuropharmacology, les intoxications (alcool, drogue) répétées à l'adolescence, alors que le cerveau n'a pas fini sa maturation, entraîneraient un risque plus important d’addiction à l'alcool à l'âge adulte et provoqueraient des modifications neurologiques à long terme.

- Publicité -

Des ivresse banalisées
Les jeunes, entraînés par des amis ou des groupes, boivent de plus en plus jeunes et en quantité plus importanteMalgré l’interdiction de vendre de l’alcool aux mineurs, la tendance est loin d’être inversée. 

 
Le phénomène le plus inquiétant est celui surnommé binge drinkink ou biture express qui consiste à obtenir l'ivresse dans un délai le plus court possible (souvent à jeun pour un résultat plus rapide). Cela devient une habitude répandue tant chez les filles que chez les garçons !

Les conséquences de cette exposition précoce aux abus d’alcool
- Au cours de l’ivresse, les jeunes risquent des pertes de conscience, voire des comas et sont davantage exposés aux risques de traumatisme, d’agressions sexuelles

- Les abus d’alcool sont également très nocifs pour le cerveau qui est pleine période de construction (jusqu’à 20-25 ans). La consommation d’alcool altère la formation et le développement des neurones et des cellules nerveuses au niveau des zones impliquées dans la mémoire.

- Les jeunes adeptes du
binge drinking sont inévitablement touchés par un ralentissement cérébral et font preuve d’une mémoire défaillante.

- Les personnes consommant de l’alcool depuis leur adolescence sont malheureusement souvent confrontées au problème de dépendance à l’alcool à l’âge adulte.

Conseils : N’hésitez pas à engager le dialogue avec votre enfant pour l’aider à conscience des risques de l’abus d’alcool et essayer de le raisonner sur son comportement. Mettez son avenir et sa santé en avant sans paraître vieux jeu.
 
Faites-lui part de votre inquiétude et chercher à comprendre le fond du problème avant de l’accabler ou de le punir. Soyez à son écoute, cela cache peut-être un appel au secours.

- Publicité -