Pourquoi mon ado est-il toujours fatigué ?

Pourquoi mon ado est-il toujours fatigué ?

Publié le 16 février 2015 à 09:00

Votre ado est toujours fatigué ? C’est peut-être tout simplement pour montrer son esprit rebelle, mais attention, cela peut également cacher un réel problème : manque de sommeil ou angoisse qui le dévore.

- Publicité -

Votre ado erre dans la maison en traînant les pieds et en répétant à longueur de journée qu’il est fatigué ? Cela peut souvent s’expliquer facilement. Nos conseils pour tenter de comprendre cet état de fatigue perpétuelle et essayer d’y remédier.

Une sensibilité à fleur de peau

« Je suis fatigué »… Combien de fois par jour entendez-vous cette ritournelle sortir de la bouche de votre ado ? Sans cesse, certainement.

En fait, par je suis fatigué, il faut entendre « je suis énervé » ou « je ne veux pas te parler » ou « je m’ennuie »… Cette petite expression sous-entend des tas de choses, car, généralement, l’ado n’a pas trop de vocabulaire (enfin il en a peut-être, mais il n’aime pas trop dévoiler son savoir !).

Pourtant, au moindre sms de ses potes pour l’inviter au ciné, le voilà tout ragaillardi, prêt à soulever des montagnes !

Pourquoi ces comportements si différents ?

Il faut tout d’abord comprendre que l’adolescent est en train de se construire une personnalité et qu’il est extrêmement sensible à cet âge : il peut être facilement découragé et se sentir fatigué, juste parce qu’il a raté son contrôle de math et puis, oh miracle, un ami l’appelle et tout va mieux (n’oubliez pas que les amis comptent plus que tout au monde à cet âge). Il a vraiment une sensibilité à fleur de peau.

Hormis cette extrême sensibilité, il peut, malgré tout, être réellement fatigué.

La mélatonine serait responsable de leur manque de sommeil

La plupart des ados sont effectivement réellement fatigués à cause d’une mauvaise hygiène de vie : en effet, bon nombre d’entre eux ne dorment pas assez. Normalement, le temps nécessaire de sommeil pour un adolescent est de 9 heures. Mais, en fait, 40 % d’entre eux ne dorment que 7 heures en semaine, voire moins, bien trop peu pour récupérer.

Généralement, les nuits sont trop courtes car notre ado se couche trop tard. Et si vous insistez pour qu’il se couche plus tôt, vous aurez droit au sempiternel « ça sert à rien que je me couche, je n’ai pas sommeil ! ». Eh bien, figurez-vous qu’il n’a pas complètement tort et que ce n’est pas que son esprit rebelle qui s’exprime.

En effet, chez l’adolescent, le taux de mélatonine (cette fameuse hormone qui engendre le sommeil) s’élève plus tard en soirée et plus lentement que chez les adultes : la sensation de sommeil apparaît donc tardivement, et c’est plutôt le matin qu'il aurait besoin de dormir… hélas, impossible, il faut retourner au collège ou au lycée !

Mais alors, que peut-on faire pour qu’il soit moins fatigué ?

Il faut, avant toute chose, être sûr que votre ado ne rencontre pas de réels problèmes qui l’empêchent de dormir : des exigences scolaires trop importantes, une déception amoureuse qui traîne… Il faut surveiller ce type de détresse psychologique qui peut conduire à une déprime, voire à une dépression.

Si tout vous semble normal, enfin « normal pour un ado », car nous n’avons pas la même normalité (heureusement d’ailleurs, car si toute la famille commençait à traîner des pieds toute la journée, en errant comme des zombies dans la maison, ça ne serait pas facile).

Bref, si tout vous semble normal, alors il est peut-être temps d’avoir une discussion avec lui pour reprendre quelques bases :

  • bien lui réexpliquer que le manque de sommeil diminue l’attention et les capacités à mémoriser, et que la production d’hormone de croissance est également altérée.
  • essayez de vous mettre d’accord sur l’arrêt des activités excitantes à partir d’une certaine heure : pas de soda avec caféine en fin de journée, si possible pas de sport après 20 heures et, l’éternel conflit, pas d’écran après le dîner (ou au moins après 20h30), ce qui sous-entend pas de télé dans la chambre, pas de téléphone portable et surtout pas d’ordinateur. Proposez-lui un bon livre ou pourquoi pas une tisane, à la place du coca (ça va sûrement le faire éclater de rire, mais en la goûtant, il va peut-être trouver cela très bon).

Et la grasse matinée ?

En terme de repos, la grasse mat’ du dimanche matin ne sert à rien, pire, elle risque d’empêcher de se coucher tôt le dimanche soir, exactement le contraire de ce que l’on veut !

Le sommeil perdu ne se récupère pas grâce à une grasse matinée, et inutile d’imaginer l’inverse également : le fait de dormir plus longtemps le dimanche ne donne pas de l’avance de sommeil pour la semaine à venir.

Il n’y pas de secret, en dehors des 9 heures de sommeil indispensables, le reste n’apporte aucune récupération.

- Publicité -