Additifs alimentaires : sont-ils dangereux et comment les repérer ?

Additifs alimentaires : sont-ils dangereux et comment les repérer ?

Publié le 10 août 2015 à 11:00

Repérables sur les étiquettes par la lettre E suivie d’un nombre à 3 chiffres, les additifs alimentaires font régulièrement l’objet de critique et de rumeurs. La rédac fait un point sur ces additifs : comment les repérer ? Sont-ils dangereux ? Peut-on en rencontrer dans les produits Bio ?

- Publicité -

A quoi servent les additifs alimentaires ?

Un additif alimentaire est une substance qui est ajouté à un aliment dans un but technologique : améliorer sa conservation, réduire les phénomènes d'oxydation, colorer les denrées, renforcer le goût…

Comment identifier les différents types d’additifs alimentaires ?

Il existe plusieurs catégories d’additifs alimentaires que l’on reconnait en fonction des 3 chiffres qui suivent le E.

Les antioxydants (de E 300 à E 321)

Ils permettent de préserver le goût, l’odeur, la couleur des aliments en empêchant le rancissement.

Ils sont présents dans un grand nombre de produits :

  • la vitamine E et ses dérivés (les tocophérols) : E 306 à E 309
  • la vitamine C (ou acide ascorbique) : E 300
  • l’hydroxyanisole butylé : E 320, présent dans les huiles, sauces salades, chewing-gums
  • et le buthylhydroxytoluène : E 321, présent dans les chips, les margarines de régime et certaines matières grasses destinées à la friture.

Les conservateurs (de E 200 à E 299)

Ils empêchent le développement des micro-organismes.

Voici les plus courants :

  • sulfites et dioxyde de soufre : E 220 à E 228, ajoutés au vin, aux fruits secs ou aux cacahuètes
  • nitrates et nitrites : de E 249 à E 252, présents dans les charcuteries
  • propionate de calcium : E 282, que l’on trouve dans le pain

Les épaississants

Ils sont utilisés pour donner plus de consistance ou de liant aux sauces, mayonnaises ou aux produits laitiers.

Parmi eux se trouvent :

  • la pectine : E 440, obtenues souvent à partir de pépins de pomme
  • la gomme guar : E 412, issue des légumineuses
  • la gélatine : E 471 et E 472, tirée de la peau de porc et très utilisée dans les bonbons.

Les émulsifiants et les stabilisateurs

Leur rôle est d’empêcher la dispersion d’un liquide  dans un autre. C’est le cas de l’huile et de l’eau par exemple : on ajoute souvent de l’eau pour alléger les aliments riches en matières grasses, mais pour que l’eau ne repousse pas le gras, on ajoute un émulsifiant.

On trouve notamment dans cette catégorie :

  • la lécithine, obtenue à partir de jaune d’œuf (E 322), qui est également un antioxydant ou la lécithine de soja (E 422)
  • les mono et diglycérides d’acide gras (E 470 à E 496)

Les exhausteurs de goût

Comme leur nom l’indique, ils donnent du goût aux aliments qui en manquent, mais peuvent aussi rehausser une saveur en masquant les autres.

  • le sel : sans le doute le plus vieil additif alimentaire de l’histoire
  • les glutamates (E 620 à E 625), très courants dans la cuisine asiatique
  • l’acide inosinique (E 630), un sel tiré des viandes ou de sardines séchées.

Les colorants (E 100 à E 180)

Ils ravivent les couleurs des aliments ou les modifient.

Parmi eux, on trouve les produits tirés des plantes :

  • la curcumine (E 100), qui colore les moutardes
  • le carotène (E 160), qui donne les tons jaunes aux charcuteries et pâtisseries.

D’autres proviennent du règne animal :

  • la cochenille (E 120), qui apporte le rouge aux charcuteries et laitages.

D’autres encore sont issus du minéral :

  • l’or (E 175) ou le métal argent (E 174) pour les décors de gâteaux.

Les additifs alimentaires sont-ils sans danger ?

Pour être sûre qu’un additif alimentaire est sans danger, les autorités de santé (l’Autorité Européenne de sécurité des aliments en Europe) étudient toutes les données toxicologiques le concernant.

A partir de ces études sur l’homme et l’animal, ils déterminent une dose sans effets. Et par sécurité, celle-ci est encore divisée par 100 pour obtenir la dose journalière acceptable (DJA), exprimée en milligrammes par kilo et par jour.

D’autres études sont menées en parallèle pour s’assurer que certains groupes de population ne sont pas susceptibles de dépasser les DJA (notamment avec l’excès de boissons à base l’aspartam par exemple).

Malgré ces précautions, certains additifs peuvent provoquer des réactions allergiques : c’est le cas de la lécithine fabriquée à partir de l’œuf et du colorant rouge issu de la cochenille, par exemple.

De nombreuses personnes peuvent également être incommodées par les glutamates et les sulfites.

Saviez-vous que certains additifs alimentaires étaient autorisés dans les produits « Bio » ?

Hé oui, pas moyen d'y échapper ! Les produits certifiés Bio peuvent aussi contenir des additifs alimentaires, contrairement aux idées reçues.

Mais seulement 48 additifs sont autorisés contre 300 dans l'alimentation conventionnelle.

Une très grande majorité d'entre eux sont d'origine naturelle, végétale, animale ou minérale, et la plupart des additifs tirés des plantes sont issus de l'agriculture biologique.

Seuls 4 additifs sont d'origine chimique, produits par synthèse.

En voici la liste :

  • les colorants : E153, E160B, E170,
  • les conservateurs : E220, E224, E250, E252, E270, E290, E296
  • les antioxydants : E300, E301, E306, E322, E325, E330, E331, E334, E335, E336, E341, E392
  • les épaississants : E400, E401, E402, E406, E407, E410, E412, E414, E415, E422, E440, E464
  • les acidifiants : E500, E50, E503, E504, E509, E524, E551
  • les additifs gazeux : E938, E939, E941, E948 

- Publicité -