Le cholestérol protège votre cerveau

Le cholestérol protège votre cerveau

Publié le 22 mai 2015 à 10:38

Le cholestérol serait-il bon pour notre santé ? La bio-nutritionniste Marion Kaplan vous éclaire sur le sujet.

- Publicité -

Depuis que la nutrition fait de plus en plus d'études scientifiques, nous avons de plus en plus de problèmes de santé. – Dr David Perlmutter.

Le Docteur David Perlmutter est un neurologue américain de renommée internationale. Il est président de différents centres de recherche et de fondations et, ce qui est peu fréquent, il est également nutritionniste et membre de l'American College of nutrition. Son livre « Ces glucides qui menacent notre cerveau » paru aux éditions Marabout est un best-seller aux États-Unis sous le titre « Grain Brain ».

Ce livre va bouleverser vos habitudes alimentaires. Vous allez devoir changer de nombreuses croyances, sagement entretenues par les lobbys alimentaires et pharmaceutiques et solidement ancrées depuis deux générations, que ce soit dans nos habitudes et dans nos convictions.

Le cholestérol protège votre cerveau !

Comment est-ce possible ? Mon médecin m'a dit qu'il ne fallait pas dépasser 2 g ! Je prends des statines depuis 20 ans pour faire baisser mon cholestérol ! M’aurait-on menti ? On m'a dit que le cholestérol était le facteur numéro un des maladies cardio-vasculaires !

Oubliez tout ! C'est faux, archifaux.

Les études, nous dit-il, nous montrent les unes après les autres qu’un taux élevé de cholestérol réduit les risques de développer une maladie cérébrale et augmente votre espérance de vie. De même, continue-t-il, il est scientifiquement prouvé qu’une teneur élevée en bonnes graisses alimentaires, et non pas en acides gras trans, est essentiel pour rester en bonne santé autant physiquement qu’intellectuellement. De quoi bouleverser tout ce que l'on croit.

Une étude a été lancée aux États-Unis en 1948 dans la ville de Framingham dans le Massachussets, a été portée sur plus de 5000 hommes et femmes âgées de 30 à 62 ans. Le rapport a été publié en 2005 et a conclu « des taux de cholestérol total naturellement bas sont associés à de faibles performances en termes d'aptitudes cognitives qui font appel au raisonnement abstrait, à l'attention, la concentration, à la fluence verbale et aux fonctions exécutives. » Bref, les personnes présentant les taux les plus élevés de cholestérol sanguin obtiennent de meilleurs résultats aux tests cognitifs que les personnes ayant un taux faible. La conclusion est évidente : le cholestérol protège notre cerveau.

Lutter contre les idées reçues

Une salade sans un bon assaisonnement à l’huile d'olive, ou bien une plâtrée de légumes sans un peu de beurre ou d’huile d'olive paraît un peu fade. Si nous avons développé un réel goût pour les graisses, c'est par ce que notre cerveau en est avide. Le problème c'est qu'on a diabolisé les graisses au profit des glucides. Et c'est tout le contraire que nous allons devoir faire !

Depuis des décennies les journaux, les publicités, les campagnes pour faire des régimes nous rabâchent qu'il faut manger sans graisse, qu'il faut diminuer les aliments contenant du cholestérol etc. or, les industriels nous ont induits en erreur, en amalgamant les problèmes des mauvaises graisses, c'est-à-dire les acides gras trans, qu'on retrouve dans toutes les huiles raffinées, les margarines, toute la biscuiterie industrielle, les biscuits apéritifs, les chips etc. ce sont des acides gras oxydés qui nuisent à notre santé.

Autant nous pouvons vivre avec une quantité infinitésimale de glucides, autant nous ne pourrions pas vivre sans graisse. Pour faire simple, nous sommes en meilleure santé quand que nous donnons à notre corps de bonnes graisses, plutôt que lorsque nous lui donnons des glucides, y compris des glucides sans gluten, complets, et riches en fibres.

Le pire, ce sont les céréales du petit déjeuner. Elles font partie des aliments à supprimer.

Car elles contiennent un taux de sucre très élevé, les céréales sont en général traitées pour être croustillantes et séduisantes et elles n'ont plus rien à voir avec un aliment naturel. L'obésité est une des conséquences directes de notre addiction aux glucides. En 2012, la revue scientifique journal of Alzheimer’s disease a publié les résultats d'une étude réalisée par la clinique Mayo : les personnes âgées qui consomment de grandes quantités de glucides ont quatre fois plus de risques de développer des troubles neurologiques annonciateurs de la maladie d'Alzheimer ! Alors que celles qui privilégient les bonnes graisses présentent 42 % de risques en moins de développer un trouble cognitif.

Il y a graisse et graisse

Tout le monde a entendu parler à des omégas 3. Vous les trouvez dans les poissons gras comme les sardines, le maquereau, le saumon mais aussi dans les crustacés, dans la viande d'animaux sauvages ou élevés à l'herbage, dans la graisse de canard et dans les huiles végétales comme l’huile de lin, (qu'il ne faut jamais chauffer), l’huile de noix, l’huile de colza, l’huile de bourrache.

Le problème, c'est que les animaux aujourd'hui sont élevés au soja et au maïs. Ils sont devenus granivores alors que ce sont des herbivores ! Leur viande, en conséquence est pauvre en oméga 3 et riches en oméga 6. Et on sait que les omégas 6 sont considérés comme des mauvaises graisses car ils favorisent les inflammations. D'ailleurs, plusieurs études ont montré leurs effets délétères sur le cerveau.

Les huiles végétales comme le carthame, le maïs, le tournesol, le soja, et le colza ont une teneur particulièrement élevée en oméga 6.

Le ratio idéal entre les omégas 6 et omégas 3 pour une alimentation saine et de 1/1 ou tout au plus de 4/1.

Enfin, les acides gras saturés à courte chaîne sont bénéfiques pour votre cerveau et votre santé. Vous les trouvez dans la graisse de coco bio. En effet elle contient une molécule précurseur du bêta- hydroxybutyrate qui a une activité bénéfique dans le traitement de la maladie d'Alzheimer. Vous pourrez aussi consommer une petite quantité de beurre cru impérativement biologique car il contient de la vitamine A qui protège vos yeux, votre peau et votre système immunitaire. Je conseille la marque Bernard Laborit, car ses vaches sont une race spéciale, les vaches Jersiaises, qui ont la faculté de convertir leur nourriture en bons omégas 3,  et qui sont élevées à l'herbe dans des magnifiques pâturages. Et c'est tellement meilleur qu'une margarine industrielle !

Les effets protecteurs du DHA

Le DHA acides docosahexaénoïque a fait l'objet de nombreuses études approfondies. C'est une des composantes essentielles des membranes neuronales qui permet le bon fonctionnement du cerveau. De plus il régule l'inflammation et combat certains dommages liés à une mauvaise alimentation il prévient même les dysfonctionnements cérébraux dû à une alimentation trop riche en glucides. Les scientifiques ont révélé que les personnes qui consommaient du poisson plus de deux fois par semaine, avaient moins de risque de développer une maladie neurologique. Le problème c'est qu'on n'en manque souvent car notre alimentation moderne en est démunie. Il faudrait en consommer 200 ou 300 mg par jour. C'est un des rares cas où je conseillerais de se supplémenter.

Pour conclure, mangez comme vos arrière-grands-mères : des soupes, des légumes, des bonnes graisses, des œufs, des protéines animales de bonne qualité, de petites quantités de fruits et surtout, bougez !

RETROUVEZ TOUTES LES INFORMATIONS SUR WWW.VITALISEUR.COM

Infos pratiques

« Ces glucides qui menacent notre cerveau », aux éditions marabout, du docteur David Perlmutter, préfacé par le professeur Henri joyeux

- Publicité -