La flore intestinale : l'intérêt des probiotiques et prébiotiques

La flore intestinale : l'intérêt des probiotiques et prébiotiques

Publié le 18 octobre 2012 à 10:00

La flore intestinale est constituée de 100 milliards de bactéries qui habitent dans notre tube digestif. Les bactéries sont souvent considérées comme des « ennemies » pour notre organisme ; pourtant, celles qui constituent notre flore intestinale sont plutôt nos « amies » et nous sont très utiles, voire indispensables.

A quoi sert la flore intestinale ?

Les bactéries de la flore intestinale ont plusieurs fonctions :

  • un rôle immunitaire : les bactéries « amies » jouent un rôle positif sur notre immunité et sur les défenses de notre organisme contre les infections (notamment grâce au Lactobacillus).
  •  un rôle primordial dans la digestion : les bactéries de la flore intestinale dégradent certains composés de notre alimentation (que notre corps ne pourrait pas absorber sans cette dégradation préalable) et elles éliminent certains déchets alimentaires (qui pourraient devenir toxiques pour notre organisme à la longue) ; elles améliorent la digestibilité du lait ; elles facilitent l’absorption de certaines vitamines et elles sont indispensables à la synthèse d’autres vitamines (comme les vitamines K et B).
Lorsque cette flore intestinale est déséquilibrée, notre organisme en subit les conséquences et notamment au niveau digestif (ballonnement, diarrhée…). 

De même, lorsque notre alimentation change brusquement (régime, voyage....) la flore intestinale est modifiée, entraînant ainsi des problèmes digestifs.

L’intérêt des probiotiques

Les probiotiques sont des bactéries « amies » présentes naturellement dans la flore intestinale.

On les trouve également dans de nombreux produits fermentés. Ces probiotiques sont connus sous les noms de bifidus (que l’on trouve dans les laits fermentés), de streptococcus (dans les yaourts, la choucroute crue…) et de lactobacillus (dans le lait fermenté, les yaourts et certains fromages comme le camembert, le munster, le roquefort : surtout ne jetez pas la croûte car elle contient beaucoup de probiotiques !). De même, quand on parle de yaourts, il faut exclure tout ce qui est flan, mousse, crème dessert…qui ne contiennent aucun probiotique !

La levure de bière est également un probiotique, mais uniquement consommée vivante (la levure sèche comme la levure chimique des pâtissiers n’est pas considérée comme un probiotique). 

Les cornichons au vinaigre, les olives, certaines boissons (bière blanche), la charcuterie, les poissons, les crustacés… apportent, à moindres doses, des bactéries utiles à la digestion.

En règle générale, les bactéries probiotiques ne sont efficaces que si elles sont vivantes : la cuisson (au dessus de 60°) les détruit. A l’inverse, elles se conservent très bien au réfrigérateur.

Les probiotiques sont également disponibles dans le commerce sous la forme de compléments alimentaires (comprimés, gélules, sachets…). 

L’intérêt des prébiotiques

Les prébiotiques sont des fibres présentes dans certains légumes et fruits. Ces fibres sont bénéfiques puisqu’elles stimulent le développement des bactéries amies au détriment des bactéries néfastes. 

Mais ce n’est pas tout, les prébiotiques sont également les aliments préférés des probiotiques : ils augmentent leur multiplication
Ces fibres sont donc de véritables alliées de l’équilibre de la flore intestinale.
L’artichaut, la banane, l’ail, le poireau, les oignons, la chicorée, le topinambour ou encore les asperges sont des végétaux riches en prébiotiques.

- Publicité -

- Publicité -