Fraude sur le prix des lunettes : 18% des opticiens falsifient leurs factures

Fraude sur le prix des lunettes : 18% des opticiens falsifient leurs factures

Publié le 20 mai 2014 à 17:18

Certains opticiens n’hésitent pas à falsifier des factures pour que les mutuelles remboursent entièrement les lunettes.

18% des opticiens falsifient leurs factures pour que les mutuelles de leur client prennent en charge leurs lunettes… Une note qui s’élève tout de même à 142 millions d’euros de surcoût par an pour les complémentaires-santé.

L’UFC-Que Choisir, l’association de défense des consommateurs, publie, ce mardi 20 mai, une nouvelle enquête dans le domaine de l’optique.

Lunettes : falsification de facture

L'UFC-Que Choisir a enquêté chez 1 188 opticiens (soit 10,4% des magasins) en se faisant passer pour des clients qui devaient sélectionner une monture plus chère que le maximum remboursable par leur mutuelle :

  • 28 % des opticiens a proposé de s’orienter vers des montures moins chères.
  • 16 % des vendeurs ont consenti une remise exceptionnelle.
  • 13 % ont proposé un règlement en plusieurs mensualités.
  • 18 %, soit un opticien sur cinq, ont proposé une fraude à la complémentaire santé en établissant une fausse facture (en augmentant le prix des verres, mieux couverts, et en diminuant le prix des montures).

Cette fraude est plus particulièrement répandue chez les opticiens indépendants (29,5 %) que chez les grandes enseignes (11,8 %). Toutefois, certaines enseignes se montrent plus vertueuses avec un taux de fraude inférieur à 10% (Optical Center, Opticiens mutualistes), tandis que d’autres affichent des taux de fraude supérieurs à 15% (Optic 2000, Grand Optical).

Le taux de fraude varie également selon les régions : 5% en Bourgogne et 30% en Languedoc-Roussillon/PACA.

Le montant moyen de la fraude s’élève à 69 €, soit un surcoût de 142 millions d’euros par an pour les complémentaires-santé.

Un véritable cercle vicieux

En 2012, l’optique a représenté 4 milliards d’euros de remboursement, soit 14,8% du total des prestations des organismes complémentaires, comparable à celui du remboursement des consultations médicales (3,9 milliards) ou des soins dentaires (4,1 milliards).

Les complémentaires sont devenues un acteur incontournable dans l’achat de lunettes, en finançant 70 % des dépenses des français en 2012, contre seulement 56,8% en 2006. Les dépenses d’optique des assureurs ont donc augmenté de 60% en 6 ans, soit 1,5 milliards d’euros.

Les prix des lunettes ont de plus en plus augmenté, avec des marges brutes pour les opticiens atteignant 233% (d’après une étude de l’UFC-Que Choisir d’avril 2013), soit une marge moyenne de 275 € par paire de lunettes.

Et comme toute bonne mutuelle qui se respecte doit rembourser correctement les lunettes, les prix des garanties en optique n’ont fait qu’augmenter au fur et à mesure que les prix des lunettes augmentaient : un cercle vicieux était enclenché. Les cotisations des mutuelles ont augmenté de 38% entre 2006 et 2013.

Les mutuelles, en solvabilisant la demande des consommateurs (parfois au-delà du raisonnable) ont ainsi contribué à déséquilibrer le marché de l’optique.

Plafonner le remboursement des mutuelles

Le gouvernement souhaite limiter la prise en charge des lunettes par les mutuelles dès 2015 à hauteur de 450 € maximum pour des verres simples et 700 € pour des verres complexes.

Cependant, l’UFC-Que Choisir pense que ce plafonnement ne sera pas suffisant pour faire baisser les prix en optique : en effet, en n’agissant pas sur les niveaux excessifs des marges brutes chez les opticiens, les prix risquent de rester élevés et le reste à charge pour le consommateur risque d’augmenter.

Les propositions de l’UFC-Que Choisir

  • Création de réseaux de soins qui permettent au consommateur qui le désire de bénéficier de prix plus bas chez les opticiens conventionnés par sa complémentaire.
  • Enquête de la DGCCRF (Direction générale des fraudes) pour sanctionner les fraudes dans l’optique.