L’obésité serait un facteur aggravant pour la maladie d’Alzheimer

Publié le 16 janvier 2013 à 03:00

Des chercheurs viennent de prouver que l’obésité aggraverait la maladie d’Alzheimer. 

S’il était déjà connu que l’obésité favorisait le développement de la maladie d’Alzheimer, le mécanisme d’action n’était pas clairement connu. C’est chose faite : des chercheurs français viennent de mettre en avant la relation entre l’obésité et la protéine Tau, impliquée dans la survenue de maladies dégénératives comme la maladie d’Alzheimer. 


La protéine Tau contribue au bon fonctionnement des neurones ; lorsqu’elle vient à dysfonctionner, elle forme des amas cellulaires (appelés plaques amyloïdes) qui perturbent l’activité des neurones et favorisent ainsi le développement de maladies neurodégénératives. 

Une équipe de chercheurs de l’INSERM a fait suivre un régime riche en graisses à des souris. A l’issue du régime, les souris sont devenues obèses. Ces souris obèses ont développé des problèmes de mémoire et des modifications de la protéine Tau. 

La relation est donc bien prouvée entre obésité et maladie neurodégénérative

Une avancée importante lorsque l’on sait que l’obésité est en progression et que 800 000 patients sont concernés en France par la maladie d’Alzheimer.