Une pétition pour sensibiliser l’Europe au problème des pesticides tueurs d’abeilles

Une pétition pour sensibiliser l’Europe au problème des pesticides tueurs d’abeilles

Publié le 11 mars 2016 à 17:19

Une pétition avec plus d’un million de signatures a été présentée devant le parlement européen pour sensibiliser les députés aux risques des pesticides qui menacent la survie des abeilles du monde entier.

Plus d’1 millions de signatures pour lutter contre certains pesticides

L’association Pollinis s’est installée, du 7 au 10 mars, devant le parlement européen à Strasbourg, avec une pétition signée par plus d’un million de personnes de toute l’Europe, pour tenter de sensibiliser les députés européens aux risques de l’utilisation de certains pesticides et notamment ceux de la famille des néonicotinoïdes.

C’est quoi les néonicotinoïdes ?

Les néonicotinoïdes sont une famille de pesticides qu’on applique sur la semence des plantes qui sécrètent alors le produit toxique pendant toute leur croissance par la sève, mais pas seulement, puisque des substances actives sont également retrouvées dans le nectar et le pollen, dont se nourrissent les abeilles.

Il a été démontré que ces substances avaient des effets sur le comportement des abeilles entraînant notamment des troubles d’orientation, d’apprentissage, de mémorisation et de reproduction, sans parler du risque de surmortalité.

Par exemple, ces pesticides altèrent la mémoire olfactive des abeilles, nécessaire à leur survie et au développement de leurs colonies. Par ailleurs, sans cette mémoire, il leur est impossible de cibler les fleurs dont elles extraient préférentiellement le nectar, ce qui endommage donc le processus de pollinisation de ces plantes.

Pollinis milite pour une orientation vers une agriculture durable

Pollinis est une association qui milite pour favoriser une agriculture durable, respectueuse de l’environnement et des pollinisateurs.

C’est pour cela, qu’elle a souhaité présenter cette pétition devant les députés européens, car même si une suspension provisoire et partielle était entrée en vigueur dans l’Union européenne en décembre 2013, restreignant l’usage de 3 molécules de néonicotinoïdes, cela ne suffit pas.

En effet, cette interdiction concerne leur utilisation sur le maïs, le tournesol et le colza. Mais les néonicotinoïdes peuvent toujours être utilisés sur les céréales d’hiver et les plantes réputées non mellifères. Mais comme seule une partie de ces néonicotinoïdes est absorbée par la plante, le reste allant dans le sol, on retrouve des traces de ces pesticides même dans les plantes non traitées.