Le coing, bon pour les intestins et la flore intestinale

Le coing, bon pour les intestins et la flore intestinale

Publié le 03 octobre 2011 à 10:00

Comme la poire, le coing contient des amas de « cellules pierreuses » donnant à sa chair une consistance granuleuse. Il en existe plusieurs variétés : le Champion, le Bourgeau, le Géant de Vranja et le Coing du Portugal.

Ses qualités 

Le coing renferme des quantités non négligeables de magnésium (8mg/100g), de phosphore (17mg/100g), de cuivre (0.13mg/100g), de calcium (11mg/100g) et de potassium (197mg/100g). Peu importe sous quelle forme il est consommé, le coing a une action bénéfique sur les intestins et la flore intestinale.

Reconnus pour leurs propriétés anti diarrhéiques, les tanins du fruit protègent la muqueuse intestinale en resserrant les tissus. La pectine, très présente dans la chair du coing, aide à éliminer les toxines de l’organisme. L’abondance de pectine et de fibres contribue à faire baisser le taux de mauvais cholestérol et l’index glycémique en retardant l’absorption des lipides. Selon des études, la consommation régulière de coing diminuerait le risque de cancer de l’appareil digestif et de maladies cardio-vasculaires.

Son choix et sa conservation 

Un coing bien mûr arbore une belle robe jaune et dégage un parfum agréable. Evitez les fruits tachés de noir, signe qu’ils sont trop mûrs. Conservés dans un endroit frais et aéré, les coings peuvent se garder plusieurs semaines.

Le coing en cuisine

Le coing se consomme toujours cuit. Son amertume, son acidité, son goût ne permettent pas de le manger cru. Sa chair ferme et sèche ne s’attendrit qu’après cuisson. De manière générale, il s’utilise pelé mais vous pouvez choisir de retirer seulement le duvet en le frottant avec un linge. Une fois coupé en quartiers et épépiné, le coing s’oxyde rapidement. Utilisez-le aussitôt ou citronnez-le.

Préparations sucrées 

Le coing s’utilise comme la pomme. Il se décline en compote, confiture, gelée ou seulement poché, rôti au four… Mêlé à la banane, la poire, la pomme, il offre des saveurs subtiles. Il se marie bien avec certaines épices comme la cannelle, la badiane…

Préparations salées 

Les coings, une fois poêlés, accompagnent à merveille le canard, le gibier ou encore l’agneau. En Orient, ils entrent dans la préparation de tajines et de ragoûts. En Europe de l\'Est, le coing est principalement utilisé comme légume, dont on fait une soupe d'hiver.

La pâte de coing

Cette pâte de fruits à base de sucre et de pulpe de coing est une friandise d’automne à déguster toute l’année. Coupée en morceaux, elle est recouverte de sucre pour ne pas coller aux doigts. La pâte de coing fait partie des treize desserts de noël dans la tradition méridionale. Délicieuse avec les fromages forts, elle a le don surprenant de faire disparaitre leur goût prononcé entre chaque dégustation. Une astuce pour les amateurs de fromage !