Les français consomment trop peu d’oméga-3 : comment rééquilibrer ses apports ?

Les français consomment trop peu d’oméga-3 : comment rééquilibrer ses apports ?

Publié le 08 avril 2015 à 10:00

La consommation des français en lipides reste raisonnable, mais il existe des déséquilibres importants dans l’apport en oméga-3, 6 et 9. Comment rééquilibrer ces déséquilibres en choisissant une huile végétale adaptée ?

Les acides gras insaturés sont importants pour le bon fonctionnement de notre organisme. Leur apport est essentiel car certains d’entre eux ne sont pas fabriqués par le corps et ne peuvent être apportés que par l’alimentation. Mais, au quotidien, notre apport en  acides gras insaturé est-il suffisant ?

Les français consomment des lipides en quantité raisonnable

L’augmentation de la consommation en lipides tend à augmenter dans le monde, entraînant des problèmes de surpoids ou de maladies cardiovasculaires.

Pourtant, une étude de l’Anses (Association nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation) a mis en évidence que la majorité des français avait un apport moyen en lipides satisfaisant.

Toutefois, cette étude, analysée et interprétée par ONIDOL (l’interprofession des oléagineux), a également mis en évidence des déséquilibres importants dans l’apport en acides gras insaturés.

Un trop faible apport en oméga-3 

En France, l’apport moyen en lipides est donc satisfaisant : 38 % pour un apport nutritionnel conseillé situé entre 35 et 40 %.

Par contre, à l’intérieur de cette catégorie d’aliments, des déséquilibres importants existent.

Ainsi, parmi les acides insaturés (qui ont plutôt tendance à être bénéfiques pour notre santé), si l’apport en oméga-6 est correct, avec un apport moyen de 3,9 % pour un apport nutritionnel recommandé à 4 %, il n’en est pas de même pour les oméga-3.

En effet, l’apport moyen en oméga-3 ne s’élève qu’à 0,4 % pour un apport nutritionnel conseillé à 1% : les français ont donc un apport insuffisant en oméga-3 (ou acide alpha-linoléique), alors que cet acide gras est essentiel pour le bon fonctionnement de l’organisme. Et le problème, c’est que le corps est incapable de synthétiser cet acide gras qui ne peut être apporté que par l’alimentation.

Par ailleurs, l’apport en oméga-9 est également inférieur aux apports nutritionnels conseillés : 10,8 % pour des recommandations comprises entre 15 et 20 %.

A l’inverse, les acides gras saturés (plutôt mauvais pour notre santé) sont apportés en quantités trop importantes, en particulier les acides gras saturés spécifiques qui sont à l’origine des plaques d’athéromes en cas d’excès.

Pour rappel, les oméga-3, 6 et 9 se trouvent surtout dans les huiles végétales, les fruits oléagineux (noix, noisettes…) et dans les poissons gras (saumon, sardines, maquereaux…).

Choisissez la bonne huile !

Pour rééquilibrer vos apports en acides gras insaturés, commencez par choisir une huile végétale équilibrée.

Grâce au tableau suivant, vous pouvez visualiser la proportion des différents omégas dans chaque catégorie d’huile.

J’ai testé l’huile Eicosan Perilla : un merveilleux mélange de parfums

Découvrez cette huile délicieusement parfumée aux épices chinoises, indiennes, ayurvédiques… (huile de gingembre, curcuma, romarin, camomille, clou de girofle, coriandre, cannelle) !  Elle s’accorde parfaitement avec les salades, mais elle peut tout aussi bien être utilisée dans un jus de légumes ou avec des légumes cuits au wok (son côté épicé relève les légumes juste comme il faut, évitant ainsi de rajouter du sel !).

L’huile Eicosan Perilla contient de l'oméga-3 Okinawa qui rétablit rapidement l'équilibre oméga-3/6 en cas de carence en oméga-3 dans votre alimentation. De plus, les herbes chinoises traditionnelles, ayurvédiques, indiennes et méditerranéennes favorisent le fonctionnement des acides gras oméga-3.

Cette huile peut être consommée toute l’année, à raison d’une à deux cuillères à café par jour.

- Publicité -

- Publicité -