Candidose chronique : comment en venir à bout naturellement ?

Candidose chronique : comment en venir à bout naturellement ?

Publié le 05 janvier 2016 à 15:00

Fatigue, troubles digestifs, problèmes allergiques… Saviez-vous que ces soucis pouvaient tout simplement venir d’une candidose chronique dont souffrent plus de 30 % des français ? Un zoom pour tout savoir sur cette pathologie, ses symptômes, ses causes et comment s’en débarrasser naturellement.

- Publicité -

Plus d’un tiers des français atteints de candidose chronique

On estime que 30 à 40 % de la population en France et 80 % aux États-Unis est atteinte de candidose chronique.

La candidose chronique est une affection liée à une quantité trop importante d’un champignon appelé Candida albicans dans le tube digestif, provoquant alors divers symptômes : fatigue, troubles digestifs, du sommeil et de l’humeur, allergies, intolérances alimentaires, douleurs musculaires et articulaires, ou même envie subite de sucre…

Ces manifestations varient d’un individu à l’autre, mais aussi en fonction du stade de la maladie. En effet, la candidose évolue par poussées, dont certaines peuvent être silencieuses.

Candidose : un déséquilibre de notre flore intestinale

Parmi les nombreux microbes qui habitent normalement dans notre corps, il existe un champignon microscopique commun, le Candida albicans, qui réside dans notre intestin. Ce champignon contribue normalement au bon équilibre du microbiote intestinal humain : en effet, notre intestin lui offre le gîte et le couvert et, en échange, il intervient dans le recyclage de nos déchets organiques et dans les processus de fermentation, fournissant de l’énergie à nos cellules.

Pour différentes raisons, ce champignon peut se développer de façon excessive dans l’intestin et engendrer divers symptômes qui constituent le syndrome de candidose chronique. En effet, lorsque le Candida albicans se développe en trop grande quantité, il se transforme alors en moisissure et tapisse la muqueuse intestinale, causant des dommages importants : mauvaise assimilation des minéraux, porosité intestinale induisant des réactions allergiques et des intolérances alimentaires.

Par ailleurs, le Candida albicans sécrète des toxines qui passent dans le sang et perturbe les systèmes immunitaire et hormonal.

Les symptômes qui vous alertent

Les champignons produisent des agents chimiques toxiques qui sont responsables des symptômes très variés que l’on retrouve en cas de candidose chronique :

  • troubles digestifs chroniques : aigreurs d’estomac, sensation d’être rassasié dès les premières bouchées, ballonnements, constipations, diarrhées ou alternance des deux.
  • fatigue chronique : on se lève et on se couche fatigué. Cette fatigue peut entraîner par la suite des troubles de l’humeur (irritabilité) voire même une légère dépression.
  • troubles nerveux : difficultés de concentration, troubles de mémoire, irritabilité ou agitation, changements d’humeur fréquents, anxiété, sommeil irrégulier ou insomnies.
  • troubles allergiques : apparition progressive de petites allergies à certains aliments, à certains cosmétiques ou parfums, à des produits de nettoyage, aux odeurs de peinture ou d’essence, à la fumée de cigarette, au soleil…
  • prise de poids ou impossibilité de perdre du poids malgré un régime alimentaire.
  • troubles variés : migraines, acné, gingivite, prurit anal et cutané, irrégularités menstruelles, règles douloureuses, infections urinaires.

Une surconsommation de sucres raffinés en cause

La candidose chronique est liée à l’explosion de la consommation de sucres raffinés dont le Candida albicans se nourrit. En France, on est passé de 4 kg de sucre par habitant en 1830 à 35 kg aujourd’hui.

Par ailleurs, les antibiotiques, ainsi que les corticoïdes, les anti-inflammatoires, les antiacides, les traitements de chimiothérapie et la pilule, qui sont massivement apparus à partir des années cinquante, ont facilité le développement du Candida albicans.

Les femmes plus touchées que les hommes

Les femmes représentent les 2/3 des malades.

Ceci s’explique par de multiples raisons :

  • tout d’abord, elles ont une tendance naturelle à être plus attirée par le sucre, principal carburant du Candida albicans.
  • elles sont également soumises à des changements hormonaux modifiant le pH de la flore digestive et favorisant la prolifération du Candida albicans lors des grossesses et au cours du cycle menstruel, en particulier dans les derniers jours des règles en raison d’un effondrement du taux de progestérone.
  • elles connaissent des épisodes de mycoses vaginales, facilitées par la communication entre la flore vaginale et digestive, proches physiologiquement. Celles-ci peuvent être récidivantes, signe que le Candida albicans s’est beaucoup développé dans l’organisme.
  • enfin, les contraceptifs oraux, en modifiant le climat hormonal, favorise la prolifération du Candida albicans.

Se soigner en modifiant ses habitudes alimentaires

La candidose peut se résorber d’elle-même en quelques mois en modifiant son alimentation.

Toutefois, ce régime doit être poursuivi fidèlement pendant plusieurs mois pour obtenir des résultats durables. Il faut bien avoir en tête que l’alimentation, une fois corrigée, ne doit pas à nouveau se dégrader et revenir aux anciennes habitudes d’excès de sucres sous peine de rechutes.

La candidose se résorbe avec un régime alimentaire excluant les sucres raffinés, les pâtes, les pizzas, les pâtisseries, le riz blanc, les biscuits d’apéritifs, ainsi que toute forme de levure, présente notamment dans l’alcool et le pain.

Une large place est accordée aux fruits et aux légumes, basifiants, le Candida albicans se développant en milieu acide. Cette étape, qui vise à « affamer » la moisissure, donne en général des changements radicaux dès le deuxième mois de changement de régime. Les troubles digestifs, la fatigue et les douleurs disparaissent.

En fait, l’idée générale est de revenir au régime alimentaire des chasseurs-cueilleurs, mais en évitant surtout le piège de l’orthorexie (c’est-à-dire l’obsession d’avoir une nourriture saine à tout prix). En effet, le but est que la personne puisse suivre ce régime alimentaire dans la durée, au risque, dans le cas contraire, de voir Candida albicans flamber de nouveau.

D’autres astuces naturelles pour éliminer Candida albicans

Certains produits naturels sont réputés comme d’excellents remèdes antifongiques et peuvent donc tout à fait s’associer au régime alimentaire :

  • L'extrait de pépins de pamplemousse est le plus connu des remèdes naturels antibactériens et anti-fongiques.
  • L’ail : en capsules ou une gousse d’ail cru par jour (attention cependant aux brûlures d'estomac !). Il est très efficace contre les levures en général, mais c'est aussi un  puissant antibiotique naturel efficace contre les bactéries pathogènes. Il favorise aussi la neutralisation et l'élimination des toxines.
  • La berbérine a des propriétés antifongiques et antibactériennes, ainsi que des effets anti-inflammatoires. L’action de la berbérine contre le Candida est plus puissante que la plupart des antifongiques naturels.
  • La propolis possède une action anti-fongique, antibactérienne et antivirale. Elle est active sur le Candida albicans.
  • Le curcuma a de très  nombreuses propriétés, parmi lesquelles la lutte efficace contre le Candida albicans. Il favorise aussi l'accroissement de la population des bonnes bactéries et levures (qui luttent contre le Candida). Il peut être pris sous forme de poudre pure ou en mettant 1 cuillère à thé rase dans un verre d'eau tiède avec un filet d'huile pour faciliter l'absorption, 1 à 3 fois par jour. Si le curcuma provoque des troubles digestifs, c'est qu'il agit ! Toutefois, n’hésitez pas à diminuer les doses si ces troubles sont trop importants.

Un effet secondaire qu’il faut connaître

Il est important de savoir que lorsqu’on détruit une moisissure, il y a un relargage massif de mycotoxines (toxines de cette moisissure) dans l’organisme.

Le patient a alors l’impression que c’est pire qu’avant, mais ces manifestations temporaires d’aggravation sont normales et il ne faut surtout pas arrêter son nouveau régime alimentaire.

- Publicité -