Connaissez-vous la télé-audiologie ?

Connaissez-vous la télé-audiologie ?

Publié le 10 mars 2016 à 10:40

A l’occasion de la Journée Nationale de l’Audition, ce jeudi 10 mars, c’est peut-être l’occasion de rappeler qu’il est important de préserver son capital auditif et de découvrir le développement de la télémédecine dans le domaine de l’audition.

Apprenons à préserver notre capital auditif

A l’occasion de cette 19ème Journée Nationale de l’Audition, l’association JNA (journée de l’audition) rappelle le rôle majeur de la santé auditive sur la qualité de vie, la santé et la vitalité.

Pour préserver cette santé auditive, voici 3 conseils simples à suivre :

Je maitrise mes expositions sonores

Le bruit, à fort volume et à force d’expositions, peut générer des troubles irréversibles de l’audition mais également provoquer fatigue, stress, hypertension, gastrites. Des expositions sonores répétées ou continues peuvent générer des difficultés de concentration et modifier vos comportements en vous rendant plus irritable.

 Voici quelques astuces pour mieux gérer le bruit : limiter les expositions sonores répétitives, intégrer des « pauses auditives » hors du bruit, porter des protecteurs auditifs contre le bruit au travail comme pendant ses loisirs, éviter de couvrir le bruit environnant par de la musique ou la télévision, penser à l’isolation acoustique de son habitat.

Je réalise régulièrement un bilan de mon audition

Nous bénéficions d’un capital auditif dont nous sommes dotés une fois pour toute la vie dès la naissance. Or, ce capital est fragile car il repose sur des cellules sensorielles qui ont la particularité de s’abîmer sur l’impact d’un bruit élevé, de s’user avec l’avancée en âge et de ne pas se renouveler. Un bilan régulier de son audition chez son médecin ORL permet de  constater ce qui a été entamé afin de mieux préserver le capital restant.

Je mets en place des solutions lorsque les difficultés de compréhension de la parole apparaissent

Notre relation au bruit provoque aujourd’hui des traumatismes sonores aigus et des surdités précoces. La presbyacousie (phénomène naturel d’usure des cellules sensorielles avec l’avancée en âge) demeure la cause première de déficience auditive. Elle représente 40% des 60 -70 ans et plus de 50% des plus de 80 ans.

Or, aujourd’hui, prendre en charge sa perte auditive n’est pas un état de fait chez les seniors. Pourtant, la surdité entraîne souvent des problèmes de communication et surtout d’isolement. Il est donc important de prendre en charge cette perte auditive.

Pour faciliter le dépistage, le développement de la télémédecine dans le domaine de l’audition commence à germer en France : on appelle cela la télé-audiologie.

Télé-audiologie : un nouveau concept de télésanté appliqué à l'audiologie

La télé-audiologie est une technique qui permet aux audioprothésistes de pratiquer des actes à distance : repérer une déficience auditive mais aussi régler une audioprothèse.

Ce service s'adresse en particulier à des personnes ayant des difficultés pour se déplacer ou vivant dans des « déserts médicaux ».

Concrètement, comment se pratique la télé-audiologie ?

En fait, tout se passe par vidéo-conférence sécurisée. L'audioprothésiste se connecte avec un patient qui peut se trouver dans un centre d'audioprothèse ou dans une maison de retraite. A ses côtés, se trouve un assistant qui l'accompagne et s'assure que tout fonctionne techniquement.

Ainsi, l'audioprothésiste peut faire un test d'audition et évaluer s'il est nécessaire de consulter un ORL.

Il peut aussi parfaitement assurer à distance les 4 ou 5 rendez-vous de suivi après la pose d'une prothèse auditive.