D’excellentes nouvelles pour les insuffisants cardiaques

D’excellentes nouvelles pour les insuffisants cardiaques

Publié le 19 janvier 2015 à 15:00

Un mois de janvier plein d’espoir pour les personnes souffrant d’insuffisance cardiaque : une réelle réussite pour la deuxième implantation du cœur artificiel Carmat ainsi qu’une première implantation de cellules cardiaques issues de cellules souches embryonnaires.

De nombreuses personnes souffrent d’insuffisance cardiaque et n’avaient, jusqu’à présent, pas d’autre espoir que d’attendre un don d’organe. En ce mois de janvier, de nouvelles perspectives s’offrent à elles.

Une deuxième implantation réussie

Rappelez-vous : décembre 2013, une première implantation du cœur artificiel Carmat, avait donné beaucoup d’espoir aux patients insuffisants cardiaques. Cette première implantation avait, hélas, été suivie du décès du patient au bout de 74 jours à la suite de l’arrêt inopiné de la machine.

Une deuxième implantation a eu lieu le 5 août 2014 à Nantes, et cette fois-ci, au bout de 5 mois, le patient a pu rentrer chez lui début janvier 2015 et mène, depuis, une vie « normale ».

Le patient doit toutefois gérer lui-même un appareil portable de 3 kg contenant 2 batteries d’approvisionnement en électricité du cœur artificiel qu’il doit changer toutes les 4 ou 5 heures.

Ce cœur artificiel représente donc un véritable espoir pour les patients en phase terminale d’insuffisance cardiaque.

Une bonne nouvelle entraînant une autre bonne nouvelle : des chercheurs et des médecins français ont dévoilé vendredi dernier qu’ils avaient effectué une première implantation de cellules cardiaques issues de cellules souches embryonnaires humaines.

Des cellules souches pour aider les insuffisants cardiaques

Les cellules souches embryonnaires sont des cellules qui proviennent d’embryons congelés suite à une FIV et qui peuvent être utilisées pour la recherche lorsque les parents de ces embryons ne souhaitent plus avoir d’enfants.

Ces cellules souches ont la capacité de donner naissance à n’importe quelle cellule spécialisée de l’organisme, et notamment à des cellules cardiaques.

Les médecins ont donc transformé des cellules souches embryonnaires en jeunes cellules cardiaques avant de les greffer sur le cœur d’une patiente souffrant d’insuffisance cardiaque.

Ces cellules greffées ont permis alors de libérer de multiples facteurs qui activent le processus de réparation et de régénération du cœur de la patiente.

Ces cellules greffées il y a 3 mois ont nettement amélioré les paramètres cardiaques de la patiente.