Tout savoir sur la fièvre

Tout savoir sur la fièvre

Publié le 07 février 2013 à 11:00

La fièvre est un signe de dysfonctionnement de l’organisme, souvent signe avant-coureur d’une infection.

Le mécanisme de la fièvre

L’être humain est homéotherme c'est-à-dire que sa température ne varie que dans des limites étroites et indépendamment de la température du milieu extérieur. 

La température se trouve à un peu moins de 37°C le matin pour grimper aux environs de 37,5°C le soir. 
Quelques fluctuations peuvent être observées, notamment lors de la période de l’ovulation chez la femme (dans ce cas la température est un peu plus élevée le matin).
On parle de fièvre quand la température indique plus de 38°C. La fièvre est un phénomène naturel dont le rôle est d’activer certains mécanismes de défense de l’organisme contre un agresseur. C’est avant tout un signal d’alarme et non pas un symptôme à combattre à tout prix !
On parle d’hyperthermie quand la température atteint 40°C ou plus. S’il n’est pas nécessaire de faire baisser une fièvre modérée, il est essentiel de lutter contre les hyperthermies car l’organisme n’est pas armé pour lutter contre des élévations majeures de température : il s’agit même d’une urgence médicale.

La prise en charge de la fièvre

Chez le bébé, une fièvre élevée est souvent le signe d’une infection ; un examen médical s’impose pour rechercher la cause de la fièvre et ne pas passer à côté d’une pathologie grave.

Chez l’enfant ou l’adulte, une fièvre ne se traite qu’à partir de 38,5°C. On a longtemps préconisé de faire baisser la fièvre afin d’éviter des convulsions hyperthermiques chez le jeune enfant ; en fait, ces convulsions sont rares (2 à 5% des enfants) et, même si elles sont impressionnantes, elles ne sont généralement pas graves (sauf si elles durent plus de 10 minutes : dans ce cas cela nécessitera une hospitalisation d’urgence).

L’objectif, aujourd’hui, pour une fièvre inférieure à 38,5°C est de surveiller l’enfant et l’évolution de la température. Si la fièvre persiste plus de 2 jours, il faut consulter un médecin.

Au-delà de 38,5°C, il existe des moyens simples et efficaces pour faire baisser la fièvre :
 
  • Se découvrir : même si la personne frissonne et demande un pull, il faut lui conseiller de se déshabiller ! Emmitoufler un enfant et le mettre au chaud dans son lit n’a d’autre effet que d’augmenter la fièvre !
  • Rafraîchir à l’aide d’un gant de toilette frais, par exemple. Conseiller au malade de prendre un bain 2°C en dessous de sa température.
  • Hydrater : ne pas oublier de faire boire le malade régulièrement (eau ou jus de fruits).
  • Prise d’antipyrétiques (anti-fièvre), en privilégiant le paracétamol dont le rapport efficacité/risque est excellent. Attention aux anti-inflammatoires type ibuprofène ou aspirine qui peuvent, dans certaines maladies virales, donner des effets secondaires rares mais très graves.

La fièvre guérisseuse

Faire monter artificiellement la fièvre peut aider l’organisme à lutter contre certaines maladies, notamment pour apaiser les douleurs rhumatismales et certaines pathologies cutanées. 

C’est aussi le principe du sauna, qui, en provoquant une fièvre artificielle, stimule les défenses immunitaires et booste l’organisme.