Hémorroïdes : les solutions naturelles qui marchent

Hémorroïdes : les solutions naturelles qui marchent

Publié le 18 avril 2016 à 10:00

Nous abordons aujourd’hui un sujet tabou, dont on n'ose pas parler, même avec ses proches : les hémorroïdes. Pourtant, il est important de les soigner car elles peuvent être très gênantes et même très douloureuses. Pour cela, hormis les traitements prescrits par le médecin, il existe des solutions naturelles qui peuvent rapidement soulager une crise hémorroïdaire.

Tout le monde a des hémorroïdes

Nous avons tous des hémorroïdes, comme nous avons tous de la température ou un appendice, mais tout le monde n'a pas de la fièvre, tout le monde n'a pas d'appendicite, et tout le monde n'a pas forcément de problème hémorroïdaire.

Les coussins hémorroïdaires sont des vaisseaux sanguins qui tapissent la paroi de l’anus et la partie basse du rectum. Ces coussins sont organisés en paquets placés autour de l’extrémité du canal anal et ils gonflent pour permettre la continence anale.

Le problème n'est donc pas d'avoir des hémorroïdes, mais plutôt d’en souffrir. Car, il arrive qu’apparaisse une inflammation au niveau de ces veines de la région anale qui va provoquer une dilatation anormale et faire naître des problèmes, des douleurs, de l’inconfort ou des démangeaisons. On parle alors de problèmes d’hémorroïdes internes ou externes en fonction de leur localisation.

Les hémorroïdes internes sont situées à l’intérieur du rectum et peuvent parfois former des protubérances qui les poussent vers l’extérieur de l’anus. Cela commence par de petits saignements indolores, sans saillie, et peut finir en prolapsus (sortie hors de l’anus), provoquant saignements et douleurs.

Les hémorroïdes externes se trouvent immédiatement à l’intérieur de l’ouverture de l’anus. Elles se gonflent et bleuissent parfois si un caillot vient s’y former. C’est ce caillot qui peut devenir douloureux.

Quels facteurs peuvent provoquer des hémorroïdes ?

De multiples raisons peuvent être la cause d’une crise hémorroïdaire. Tout d’abord ces crises sont plus fréquentes chez les personnes constipées, enceintes ou qui viennent d’accoucher.

Mais la consommation de certains aliments (piment, alcool, café) ou la prise de certains médicaments peut également provoquer la dilatation des hémorroïdes : aller à la selle devient alors un véritable cauchemar.

Durant ces crises hémorroïdaires, des complications peuvent se produire comme la sortie de l’hémorroïde hors de l’anus, des saignements rouge vif après la défécation, une ulcération ou une thrombose.

Se soigner est donc impératif.

En traitement, la plupart du temps, le médecin va prescrire un laxatif, ainsi qu’une crème ou des suppositoires pour soulager la douleur.

Mais pour soigner les crises hémorroïdaires, il existe également de nombreux remèdes naturels qui fonctionnent parfaitement.

Eviter la constipation

La première chose à faire, si vous souffrez d'hémorroïdes, c'est de résoudre un problème de constipation s’il y en a un.

En effet, il faut absolument éviter de pousser de façon excessive pour expulser les selles car l’effort de poussée dilate les veines et favorise la survenue de la crise (c’est d’ailleurs le problème des jeunes mamans qui viennent juste d’accoucher et qui souffrent d’hémorroïdes après avoir trop poussé pendant l’accouchement).

La constipation est donc le premier ennemi à combattre. Mais d’autres conseils peuvent également vous évitez de souffrir inutilement :

  • Ne vous attardez pas aux toilettes car non seulement le fait de pousser pendant un long moment est fortement déconseillé, mais la position assise sur les toilettes n’est pas idéale non plus : quand vous êtes assis sur les toilettes, mettez un petit rehausseur sous vos pieds (éventuellement la poubelle de salle de bains) pour avoir une position plus physiologique ;
  • Allez à la selle dès que le besoin s’en fait ressentir ;
  • Évitez de frotter trop fort en vous essuyant après la défécation ;
  • En cas de douleur, pratiquez des bains de siège d’eau glacée (5 à 7 minutes).

Pensez à nettoyer votre foie

Saviez-vous que les veines de l’anus retournent vers le cœur en traversant le foie ?

Le foie doit donc être parfaitement fonctionnel afin d’éviter les mécanismes de stase veineuse.

Une augmentation du volume hépatique comprime la veine cave et crée un reflux qui favorise l’apparition des hémorroïdes.

Une détoxination hépatique s’impose donc.

Nombre de plantes peuvent être utilisées pour le nettoyage du foie, par exemple le radis noir, l'artichaut, le romarin, le curcuma, le chardon-marie, le desmodium ou bien encore le pissenlit.

L’homéopathie à la rescousse

Plusieurs souches homéopathiques permettent de soulager une crise hémorroïdaire :

  • Aesculus hippocastanum pour traiter les hémorroïdes internes, les démangeaisons et la sensation de douleur d’échardes ;
  • Hamamélis pour calmer l’inflammation veineuse et la sensation de tension des hémorroïdes ;
  • Nux vomica pour traiter la congestion des veines et des capillaires veineux et soulager les douleurs.
  • Muriaticum acidum pour les hémorroïdes externes enflées, de couleur bleue foncée, douloureuses et insupportables au toucher.

L'idéal est une association d’Aesculus hippocastanum 5 CH (pour les hémorroïdes internes) ou de Muriaticum acidum 5 CH (pour les hémorroïdes externes), d’Hamamélis 5 CH et de Nux Vomica 5 CH, à raison de 3 granules de chaque en alternance 3 fois par jour.

Les huiles essentielles en application locale

Pour soulager localement la douleur et améliorer la circulation veineuse, préparez-vous une solution à base d’huiles essentielles dont vous appliquerez localement quelques gouttes 4 à 6 fois par jour.

Pour cette solution anti-hémorroïdes, mettez 20 gouttes d’huile essentielle de Cyprès + 10 gouttes d’huile essentielle de Lentisque pistachier + 20 gouttes de Menthe poivrée dans 15 ml d’huile végétale de Calophylle.

Le Cyprès et le Lentisque pistachier sont utilisés contre les congestions et les stases veineuses, tandis que la Menthe poivrée va avoir un effet antalgique grâce à son pouvoir rafraîchissant anesthésiant.

Côté plantes

Deux plantes sont particulièrement indiquées pour soulager les crises hémorroïdaires :

  • Le Marronnier d’Inde, particulièrement indiqué dans les problèmes d’hémorroïdes car il contient des flavonoïdes qui participent à l’action décongestionnante, ainsi que de l’esculoside (un hétéroside coumarinique) qui renforce la résistance des vaisseaux sanguins.
  • Le fragon est également une plante de choix en cas de crise hémorroïdaire car il possède des saponines et de la ruscogénine (un hétéroside) qui lui confèrent des propriétés veinotoniques, anti-inflammatoires et anti-œdémateuses.

Vous pouvez prendre ces plantes sous forme de gélules ou vous préparez des tisanes que vous boirez 3 fois par jour.

Attention à votre alimentation !

Pour limiter les crises hémorroïdaires, certains aliments sont à éviter comme les épices pimentées ou poivrées, les charcuteries, les plats en sauce, le chocolat blanc ou au lait, le riz complet, mais aussi l’alcool et le café.

Il faut privilégier les aliments contenant des fibres (crudités, fruits frais, légumes verts, pain au son...) si le transit est difficile et bien sûr, boire beaucoup.

Il est également important de pratiquer un exercice physique régulier et d’éviter de rester assis trop longtemps (pensez à vous lever régulièrement quelques minutes pour faire quelques pas).