Examens de la thyroïde : échographie, scintigraphie et biopsie

Examens de la thyroïde : échographie, scintigraphie et biopsie

Publié le 28 mai 2014 à 09:09

Dans certains cas, la thyroïde augmente en volume pour former des goitres qui peuvent contenir des nodules. Différents examens permettent de déterminer le caractère bénin ou malin de ces nodules. Vous devez passer l'un de ces examens et vous appréhendez ? On vous en dit plus sur la scintigraphie, l'echographie et la biopsie.

- Publicité -

Cancers de la thyroïde : plutôt rares

Parfois la thyroïde augmente de volume (il arrive même que l’augmentation soit si importante qu’elle se voit de l’extérieur) : on parle alors de goitre. Les goitres peuvent être homogènes ou porteurs de nodules.

Les nodules thyroïdiens sont relativement fréquents mais rarement cancéreux (la tumeur est bénigne dans 95 % des cas).

Toutefois, chaque année 4 000 français sont touchés par un cancer de la thyroïde. 

Les différents examens pour surveiller la thyroïde

La scintigraphie

Cet examen nécessite l’injection d’iode radioactif (on injecte une très faible dose de radiation qui se désintègre en quelques heures avant d’être éliminée par l’organisme).

Une caméra permet d’avoir une image de la thyroïde sur laquelle apparaissent d’éventuels nodules ou goitres.

On parle de nodules chauds lorsque ceux-ci fixent bien plus l’iode radioactif que les tissus thyroïdiens environnants : ces nodules ne sont quasiment jamais cancéreux.

On parle de nodules froids lorsque ceux-ci fixent mal l’iode radioactif : ces nodules sont susceptibles d’évoluer en cancer (même si c’est relativement rare).

L’échographie thyroidienne

La thyroïde peut être examinée par échographie. Un gel est déposé sur le cou du patient puis l'on y passe une sonde qui émet et réceptionne des ultrasons. Cet examen est complètement indolore.

Cette technique, très sensible, permet d’établir avec précision la taille et la forme de la glande et des nodules.

La cytoponction

De nos jours, la biopsie est couramment utilisée : c’est l’examen de première intention chez les patients atteints de nodules thyroïdiens.

On introduit une fine aiguille dans la peau du cou pour aspirer une petite quantité de cellules thyroïdiennes dans la seringue. Cet examen peut paraître impressionnant mais il est rapide et indolore.

Ces cellules sont examinées sous microscope pour déterminer leur caractère bénin ou malin des nodules.

- Publicité -