Ulcère, brûlures d’estomac, reflux gastrique : il existe des remèdes simples et naturels

Ulcère, brûlures d’estomac, reflux gastrique : il existe des remèdes simples et naturels

Publié le 19 mai 2016 à 15:00

Pourquoi avons-nous des brûlures d’estomac et comment les soulager rapidement en modifiant quelque peu notre alimentation et en utilisant des plantes ou du miel…

- Publicité -

Notre estomac, un organe sophistiqué

Notre estomac est un organe central qui remplit de nombreuses fonctions. A commencer par l'élimination des bactéries nocives et la transformation des protéines en acides aminés qui vont construire nos tissus et nous fournir en énergie.

L’estomac est une véritable usine de traitement des aliments qui emploie des produits chimiques d'une agressivité peu commune : on y mettrait la main, elle serait dissoute !

Grâce à ce qui n'est quasiment que de l'acide chlorhydrique pur, cette usine est capable de transformer tout ce que nous absorbons en une pâte mi-solide mi-liquide. Afin d'assurer cette mission, l'estomac sécrète environ 3 litres d'acide par jour. Il s'auto-protège grâce à la production d'un liquide protecteur, le mucus qui tapisse ses parois internes.

Normalement, l'acide doit demeurer dans l'estomac grâce à la fermeture d'un sphincter, un petit muscle situé entre l'estomac et l'œsophage, qui empêche l’acidité de remonter dans l’œsophage. Un autre sphincter module l’entrée d’acidité dans le duodénum en laissant passer l’acide en petites quantités, en même temps que la nourriture digérée.

Quand les acides attaquent

Le sphincter qui sépare l'estomac de l'œsophage n'est censé s'ouvrir que pour laisser descendre les aliments et empêcher le contenu de l'estomac de remonter dans l'œsophage. Mais si ce sphincter fonctionne mal, l'acidité de l'estomac remonte au niveau de la paroi intérieure de l'œsophage, ce qui entraîne des brûlures souvent accompagnées d'un goût acide en bouche : c’est ce qu’on appelle des régurgitations acides ou du reflux gastro-œsophagien (RGO).

Les régurgitations acides et les brûlures d'estomac sont deux symptômes particulièrement fréquents. Et en règle générale, pour désagréables qu'ils soient, ils restent banals et bénins, liés au stress, à une trop grande ingestion de protéines, d'alcool ou de certains médicaments comme l'aspirine ou les anti-inflammatoires. Mais si ces symptômes perdurent, les vrais ennuis commencent...

30 % des personnes touchées par le reflux gastro-œsophagien

Certains facteurs facilitent la survenue de reflux gastro-œsophagien : se pencher en avant, dormir sur le dos après le repas, le surpoids.

Si vous êtes régulièrement sujet à un RGO, le contact permanent de l'acide avec le revêtement interne de l'œsophage va provoquer une inflammation plus ou moins importante chronique que l’on appelle œsophagite. A long terme, mieux vaut savoir qu'une œsophagite non traitée entraînera un rétrécissement de l'œsophage, et, beaucoup plus rarement un cancer de l'œsophage.

Dans d'autres cas, le RGO est lié à l'existence d'une particularité anatomique, la hernie hiatale. Le diaphragme (le muscle qui sépare le thorax de l'abdomen) présente un orifice pour laisser passer l'œsophage. Quand une petite partie de l'estomac remonte de l'abdomen vers le thorax à travers cet orifice, c'est la hernie.

La solution la plus simple : commencez par surveiller votre alimentation

Le traitement classique du reflux ou des brûlures d’estomac se base sur l'utilisation de médicaments antiacides qui neutralisent l'hyperacidité.

Pourtant, saviez-vous que l'alimentation jouait un rôle déterminant dans la survenue de ces troubles digestifs ? Quelques changements dans votre alimentation pourraient bien atténuer les symptômes assez rapidement. Pour vous aider, voici 3 listes qui ciblent les aliments à proscrire, ceux à éviter et ceux qui ne vous feront aucun mal.

Les aliments à proscrire :

  • frites et fritures, et donc huiles et beurre cuits
  • attention aux épices
  • moutarde
  • abats, gibier et de façon générale les protéines animales (qui acidifient de façon excessive le milieu stomacal)
  • choucroute
  • fromages fermentés
  • confitures, crèmes, confiseries, pâtisserie (surtout industrielles)
  • alcools forts, boissons glacées, gazeuses, café...

Les aliments à éviter ou, tout du moins, à limiter :

  • crustacés, œufs frits
  • champignons
  • mie de pain frais...

Et les acidifiants que l'on ne soupçonne pas forcément comme l'oseille, l'orange, l'oignon cru ou le chocolat.

Les aliments recommandés, que vous pouvez consommer sans risque :

  • légumes cuits ou secs
  • céréales et féculents (pomme de terre en particulier)
  • œufs bouillis
  • viandes et poissons maigres (bar, colin, dorade, limande, lieu, sole...)
  • beurre et huiles crus
  • fromages frais ou non fermentés
  • fruits frais (banane, melon), tartes aux fruits...
  • tous les produits riches en oméga 3, comme les noix (au moins 3 par repas), les graines de lin, l'huile de colza (sur crudités)…

Des plantes qui peuvent soulager l’estomac

Beaucoup de plantes savent soulager l'estomac, en étant cicatrisantes et en favorisant la formation de mucus dans l'estomac pour le protéger. Certaines sont vraiment d'excellents pansements naturels pour des muqueuses enflammées.

Le chou, par exemple, stimule la production de mucus protecteur et enraye le développement potentiel d'une gastrite (l'inflammation).

Un petit verre de jus de chou vert au début des repas vous fera le plus grand bien.

Le brocoli, quant à lui, est un excellent cicatrisant.

D'autres plantes apportent des éléments protecteurs à travers des mucilages, sorte de mucus complémentaire : c'est le cas du psyllium, de la guimauve, de la mauve, de la molène, ou encore du plantain qui ont une action apaisante sur l'estomac grâce à leur teneur élevée en pectine et en mucilage qui, en tapissant la muqueuse, la protège comme le ferait le mucus s'il était normalement sécrété.

D'autres, enfin, telle la réglisse, peuvent tempérer un excès d'acidité (à ne pas utiliser en cas d’hypertension).

Une poignée d'entre elles, comme l'achillée, l'angélique, la coriandre ou le basilic vont plus loin encore en agissant en profondeur sur l'estomac (par voie lymphatique ou sanguine), après absorption de leurs principes actifs dans le sang.

N’hésitez pas à vous concocter des infusions avec un mélange de quelques-unes de ces plantes (une petite cuillère à soupe pour un bol, à infuser 10 mn) que vous prenez à la fin du repas.

Du miel pour éliminer une bactérie responsable de la majorité des ulcères

Il faut savoir qu’en général les bactéries ne résistent pas à l’acidité de l’estomac, sauf pour une, Helicobacter pylori, que l’acidité ne suffit pas à détruire. Et comble de tout, cette bactérie est la cause principale des ulcères. En effet, elle cause de 60% à 85% des ulcères de l’estomac.

Pour détruire cette bactérie, le médecin prescrit souvent plusieurs médicaments (antibiotiques + médicaments antiacides) qui devront être pris pendant plusieurs semaines. Généralement, c’est radical, après le traitement, les brûlures d’estomac cessent.

Eh bien, imaginiez-vous qu’il existait une autre merveille, naturelle, dont les propriétés antibactériennes étaient capables de lutter contre Helicobacter Pylori : le Miel de Manuka bio (que l’on trouve facilement dans les magasins bio).

Attention, toutefois, à choisir un miel qui possède un indice « umf » égal ou supérieur à 15 + (car la plupart des miels ont un indice 10+). L’indice  « umf » donne une indication sur l'activité antibactérienne et antiseptique du miel (plus l’indice est élevé, plus le miel est efficace).

Prenez une cuillère à café de Miel de Manuka environ une heure avant chaque repas. Vous pouvez également en prendre une avant de vous coucher.

Essayez de ne rien boire à peu près 30 minutes après avoir consommé le miel, pour ne pas diluer les effets du miel.

Bien évidemment, ce traitement naturel sera contre-indiqué chez les diabétiques, du fait de la haute teneur en sucre du miel.

- Publicité -