Et s’il suffisait de se faire vacciner pour arrêter de fumer ?

Et s’il suffisait de se faire vacciner pour arrêter de fumer ?

Publié le 16 mars 2016 à 16:37

Un nouveau vaccin pour lutter contre la dépendance à la nicotine vient d’être testé avec succès. Et si l’on s’avançait vers une nouvelle solution pour arrêter de fumer ?

- Publicité -

Pourquoi on n’arrive pas à arrêter de fumer ?

Lorsqu'une personne fume une cigarette, la nicotine se fixe sur certains neurones, ce qui entraîne une libération importante d’un neurotransmetteur, la dopamine, impliqué dans la sensation de plaisir, et donc aussi responsable de l'addiction (on parle de « circuit de la récompense »).

Le principe de l’utilisation d’un vaccin thérapeutique pour stopper l’envie de fumer est de neutraliser la nicotine dans le sang avant qu’elle n’arrive au cerveau, pour ne plus ressentir cette sensation de plaisir.

Des chercheurs ont donc eu l’idée d’associer à la nicotine une fraction inactive de virus pour provoquer la production d’anticorps anti-nicotiniques. Ces anticorps se fixent alors à la nicotine et l'empêchent d’aller s'ancrer sur les récepteurs des neurones, inhibant ainsi la production de dopamine et donc la sensation de plaisir et de dépendance.

Des premiers résultats encourageants

Ces chercheurs en immunologie et en biochimie du Worm Institute for Research and Medicine (États-Unis) ont donc tenté de mettre au point ce type de vaccin pour diminuer les effets de la nicotine. Les résultats de leurs recherches semblent encourageants.

La difficulté des scientifiques étaient de parvenir à stimuler la fabrication de suffisamment d'anticorps pour qu'ils soient efficaces contre la nicotine. Après 2 essais infructueux, les chercheurs sont parvenus à créer un vaccin qui stimule suffisamment d’anticorps dirigés contre la nicotine.

Ce vaccin a ensuite été injecté à des souris et il a permis de diminuer les effets de la nicotine et le taux de cette substance dans le cerveau.

La prochaine étape consiste maintenant à mettre au point un vaccin adapté à l’homme. Il faudra donc encore patienter quelques années avant de voir la mise sur le marché de ce vaccin…

- Publicité -