Et si l’eau de javel favorisait certaines infections chez les enfants ?

Et si l’eau de javel favorisait certaines infections chez les enfants ?

Publié le 13 avril 2015 à 08:00

On savait l’eau de javel très efficace pour éliminer les bactéries, mais l’on n’imaginait pas qu’elle pouvait également augmenter les risques de développer une infection ORL chez les 6-12 ans !

Rhinopharyngites, sinusites, angines, bronchites, otites… augmentées par l’utilisation d’eau de javel !

Les résultats d'une étude belge parue dans la revue Occupational and Environmental Medicine suggèrent que l’utilisation domestique de l’eau de javel favoriserait le développement d’infection ORL et respiratoires chez les enfants de 6 à 12 ans.

Les travaux ont porté sur 9.102 enfants âgés de 6 à 12 ans d’Espagne, de Finlande et des Pays-Bas.

Des questionnaires ont été donnés aux parents des enfants afin d'évaluer la fréquence des infections ORL et respiratoires contractées sur les 12 derniers mois ainsi que la fréquence d’utilisation d’eau de javel pour désinfecter la maison.

En premier lieu, les scientifiques ont remarqué que l'usage de l'eau de javel à des fins domestiques variait beaucoup d'un pays à l'autre. En Espagne, 72% des personnes ont régulièrement recours à l'eau de javel contre seulement 7% en Finlande.

Mais ce qui a été surtout noté, c’est que la fréquence des infections (otite, grippe, angine, bronchite…) était supérieure chez les plus grands utilisateurs d’eau de javel.

Ainsi, dans les foyers déclarant se servir d'eau de javel en moyenne une fois par semaine le risque d'attraper la grippe était augmenté de 20% et celui d'avoir une inflammation des amygdales de 35%. Le risque d’attraper une infection, en général, était augmenté de 18 %.

Comment expliquer ces résultats ?

Les scientifiques expliquent ces risques d’infections accrus avec l’utilisation fréquente d’eau de javel par les propriétés irritantes des composés qu’elle contient qui peuvent endommager les parois des voies respiratoires et ainsi favoriser l'infection de la flore locale.

Par ailleurs, une deuxième hypothèse a été évoquée par les chercheurs : l’eau de javel pourrait bloquer les réponses immunitaires de l'organisme, même si cela n’a jamais été encore démontré chez l’humain. En effet, l’eau de javel pourrait inhiber l'activité des phagocytes, des cellules qui « mangent » divers corps étrangers, en particulier des agents infectieux. Mais ce phénomène observé chez la souris ne s'est pas répété chez le rat.

Ces résultats nécessitent d'autres recherches plus détaillées sur le sujet, mais ils pourraient, d’ores-et-déjà, nous faire changer quelque peu nos habitudes !

- Publicité -

- Publicité -