Laver le poulet avant de le cuire : attention danger !

Laver le poulet avant de le cuire : attention danger !

Publié le 18 juin 2014 à 14:31

Laver le poulet avant de le cuire favorise la propagation de la bactérie campylobacter. Voici les bons réflexes a adopter.

- Publicité -

Vous avez certainement vu, ou entendu parler de l’émission de Capital du 6 avril dernier intitulé « Poulet : révélations sur la viande la moins chère ». Au travers du reportage « Les secrets du poulet premier prix » nous avons découvert avec stupeur et effroi l’envers du décor : plusieurs dizaines de milliers de volailles qui grandissent dans des espaces très restreints sans jamais voir la lumière du jour, une utilisation d’antibiotiques systématique, la fabrication des knacks de poulet, des nuggets ou encore des cordons bleus... des images qui vous coupent l’appétit en quelques secondes. Après cette émission, je me suis dis que plus jamais je n’achéterais ces produits !

A travers cette enquête inédite, une information a davantage retenue notre attention : la bactérie campylobacter et sa propagation inquiétante.

Campylobacter, la « bactérie du poulet » : attention danger

Qu’est ce que la bactérie campylobacter ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), cette bactérie est responsable d'infections intestinales en général bénignes, mais qui peuvent être fatales chez les très jeunes enfants, les personnes âgées, fragiles et les individus immunodéprimés. Les symptômes sont ceux d’une gastro-entérite :  des douleurs abdominales et des diahrées qui peuvent durer plusieurs jours.

Pourquoi cette bactérie se retrouve-t-elle sur le poulet que j’achète ?

Cette bactérie, dangereuse pour l’homme, est contenue dans les fientes de volailles. Lors du transport vers l’abattoir, les poulets (plus que jamais stréssés...) transportés dans des caisses superposées, se contaminent mutuellement. Ceux du dessus font leur besoin sur ceux du dessous et on imagine facilement le schéma...

Une fois arrivés à l’abattoir, les volatiles sont plumés, vidés, découpés mais la bactérie campylobacter, malgré les mesures d’hygiène drastiques, résiste jusqu’à l’arrivée dans votre cuisine !

La bactérie campylobacter, une contamination rapide

Comme elle se retrouve inévitablement sur la volaille que vous venez d’acheter, vous devez respecter des mesures d’hygiènes irréprochables pour ne pas contaminer votre cuisine et par conséquent toute votre famille !

Rassurez-vous, la bactérie campylobacter disparaît à la cuisson. Le risque de contamination se concentre sur la préparation. Transmission par les mains, le couteau, la planche à découper, le tablier de cuisine... tout ce qui touche la volaille crue devient vecteur de contamination.

Les bons réfléxes :

  • Ne jamais laver la volaille à grande eau avant de la cuire (les projections contaminent facilement les aliments et les ustensiles environnants)
  • Bien se laver les mains après avoir touché le poulet
  • Cuire votre viande à haute température

Une campagne pour sensibiliser la population britannique

Environ 280.000 Britanniques sont affectés tous les ans par la bactérie campylobacter, qui est la cause la plus courante de la gastro-entérite. Et 4 fois sur 5, c'est la volaille qui est à l'origine du mal. Les chiffres outre-Manche sont alarmants, selon la FSA, 44% des Britanniques lavent systématiquement le poulet à l'eau avant de le cuire. 36% des personnes interrogées le font pour "nettoyer" la volaille, un tiers pour "enlever les germes" et les autres tout simplement "parce qu'ils l'ont toujours fait".

Depuis lundi, l’Agence britannique de Sécurité Alimentaire (FSA) a donc lancé une campagne de sensibilisation auprès de la population : 

Vous l'aurez compris, si vous avez l’habitude de laver votre poulet, c’est le moment d’arrêter !

- Publicité -