La trousse à pharmacie de vacances

La trousse à pharmacie de vacances

Publié le 05 juillet 2012 à 15:00

L’été est là ! Les vacances approchent ! Il est grand temps de vérifier sa trousse à pharmacie pour un petit voyage en France, ou à l’étranger, voire même pour la maison car la belle saison annonce le retour des jeux d’extérieur, du bricolage, du jardinage avec tous les petits bobos que cela entraîne….

- Publicité -

Les produits de première nécessité

Pour toutes les trousses à pharmacie, de voyage ou de maison, quelques produits sont indispensables.

Pour les petites plaies

1ère étape : Il faudra tout d’abord nettoyer la plaie avec du sérum physiologique (en dosettes, cela se conserve plus longtemps) ou à défaut, sous l’eau, afin de retirer tout ce qui pourrait souiller la plaie (sable, petits cailloux…).
2ème étape : Il faudra ensuite désinfecter avec un antiseptique : préférez un antiseptique non alcoolisé car il ne pique pas lors de l’utilisation (important chez les enfants). Le diaseptyl spray ou la chlorhexidine aqueuse Gilbert en dosettes sont des produits très efficaces. Il faut les appliquer dès que possible sur la petite blessure et renouveler l’application 2 à 3 fois par jour pendant quelques jours.

Le nettoyage de la plaie et l’application de l’antiseptique doivent se faire avec des compresses stériles (éviter le coton).
Si la plaie saigne beaucoup, il faudra vérifier qu’elle ne nécessite pas de points de suture (demandez à votre pharmacien ou à votre médecin).
Les saignements peuvent être arrêtés avec de l’eau oxygénée 10 volumes (la formation d’une petite mousse lors de l’application est tout à fait normale).
Si les saignements ont lieu dans le nez, on pourra utiliser de petites mèches, comme le Coalgan à torsader et à placer dans la narine jusqu’à l’arrêt du saignement.
La plaie pourra être recouverte par des petits pansements prédécoupés. Il existe des boites avec plusieurs tailles de pansements à l’intérieur (par exemple : Urgo).

On pourra également utiliser des pansements à découper à la taille souhaitée ; dans ce cas n’oubliez pas d’avoir une paire de petits ciseaux dans la trousse à pharmacie. On peut faciliter la cicatrisation et la rendre plus esthétique en utilisant des petits pansements pour resserrer les chairs, appelés stéri-strip 3M.

En cas de fièvre ou de douleurs

Les produits classiques seront à base de paracétamol (Doliprane, Efferalgan, dafalgan) ou d’ibuprofène (Advil, Nurofen, Spedifen, Upfen). Les médicaments à base d’ibuprofène auront des vertus anti-inflammatoires très utiles en cas de maux de gorge, d’oreille ou de dent. Il est tout à fait possible d’associer ces 2 types de produits en les alternant toutes les 3 h (l’ibuprofène plutôt au moment des repas et le paracétamol hors des repas).
Demandez toujours conseil à votre pharmacien pour l’utilisation de ces produits (allergies, contre-indications…). 

Pour les coups

L’idéal, lorsque l’on se cogne, est d’appliquer le plus tôt possible de la crème à base d’Arnica (Arnican) et/ou de prendre en homéopathie, 3 granules d’arnica montana 9 CH (granules à prendre 3 ou 4 fois de suite à 1 heure d’intervalle). Plus vite sera pris le traitement, moins l’hématome (bleu) sera important.

Pour les brûlures

La première chose à faire, en cas de brûlure, est de passer sous l’eau froide durant 15 minutes.
Si la brûlure n’est pas trop importante, vous pourrez appliquer une crème apaisante et réhydratante (Biafine) : à utiliser en couche épaisse en massage (vous pouvez en appliquer plusieurs fois de suite jusqu’à ce que la peau ne l’absorbe plus).
Pour les brûlures plus importantes, il est préférable de consulter un médecin. 

Les yeux

Une petite poussière ou un grain de sable dans un œil peut vite devenir irritant. Il faudra l’éliminer avec du sérum physiologique utilisé en rinçage abondant dans l’œil. Si malgré tout la gêne persiste, la visite auprès d’un ophtalmologiste sera nécessaire.
Parfois le vent, l’eau de mer ou de piscine… irritent légèrement les yeux (œil rouge et qui pique un peu). Vous pourrez utiliser des collyres pour calmer l’irritation tel le Sensivision (collyre à base de plantain) ou le Sophtal (collyre à base d’acide salicylique); Préférez plutôt les dosettes pour une meilleure conservation.
Attention : un œil très rouge, qui colle, nécessite une visite auprès d’un médecin !

En cas de foulures, d’entorses

La première chose à faire face à une entorse est de refroidir le plus tôt possible : avec des glaçons si on n’a que ça ou avec des coussins thermiques tel le Coldhot de Nexcare (petites poches que vous aurez au congélateur en permanence).

Un doigt tordu, une petite entorse de la cheville impliquent la consultation d’un médecin pour en vérifier la gravité et notamment pour être sur qu’il n’y ait pas de fracture. Si l’entorse est bénigne on pourra utiliser une bande de contention élastique (Coheban 3M) pour maintenir la cheville ou le doigt (dans ce dernier cas il faut bloquer le doigt tordu avec un autre doigt).

Une pommade anti-inflammatoire pourra être appliquée sur l’entorse : le diclofénac (Voltarène Actigo) ou l’ibuprofène (Nurofen gel) à mettre 2 à 3 fois par jour (attention, ces pommades sont réservées à l’adulte et ne doivent pas être appliquées avant une exposition solaire).

Des médicaments contre la douleur et l’inflammation pourront être administrés comme l’ibuprofène (Nurofen, Advil, Spedifen, Upfen) à prendre en mangeant. Si la douleur est importante on pourra alterner avec du paracétamol (Efferalgan, Doliprane, Dafalgan) qui n’aura pas d’effet anti-inflammatoire mais qui soulagera la douleur.
Demandez conseil à votre pharmacien.

Pour les échardes

Prévoyez toujours une petite pince à épiler dans la trousse à pharmacie.

Produits supplémentaires pour les voyages

Tout d’abord, pensez à trouver une trousse à pharmacie adaptée aux voyages : légère, résistante aux chocs. Pour un encombrement minimum, vous pourrez retirer les médicaments de leur emballage (mais attention à bien connaître les modes d’emploi !)

Pour le mal des transports

Pour éviter les soucis de nausées, voire de vomissements durant les trajets, il est conseillé de prendre des comprimés de Mercalm ou Nautamine ½ h avant le départ, et, si les symptômes persistent, ces doses peuvent être renouvelées 6h plus tard (attention uniquement pour les plus de 6 ans).
A partir de 2 ans on peut utiliser en homéopathie la Cocculine (comprimés à commencer la veille du départ et à reprendre dans la journée du voyage).

Armez-vous contre le soleil

Même lorsque l’on est déjà bronzé, la protection solaire est indispensable (et tout particulièrement chez les enfants). Ces protecteurs solaires se trouvent sous forme de crèmes, de laits, d’huiles ou de sprays. Il existe plusieurs indices de protection et l’indice le plus élevé (50) est fortement conseillé chez les enfants.
Des sticks de protection solaire sont conseillés également pour éviter les problèmes de lèvres déshydratées car brûlées.

Si, malgré tout, vous avez pris quelques petits coups de soleil, une crème après-soleil pourra être appliquée en couche épaisse autant de fois que l’on souhaite jusqu’à ce que la peau ne l’absorbe plus. La Biafine aura également un effet apaisant et réhydratant.

En randonnée

Si vous devez faire beaucoup de marche, pensez aux bandes de contention élastiques en cas d’entorse le long du parcours (cf chapitre ci-dessus), mais surtout n’oubliez pas les pansements anti-ampoules : Urgo ampoules.

Pour les destinations tropicales

Les voyages en pays étranger nécessitent d’être bien équipé pour que le séjour ne tourne pas au cauchemar.
Tout d’abord renseignez-vous auprès de votre médecin pour savoir si des vaccinations particulières et/ou un traitement anti-paludéen ne sont pas nécessaires pour le choix de votre destination.

L’anti-moustique doit absolument faire partie des bagages. Ils existent sous forme de sprays (MoustiKologneCinq sur cinq tropicMoustifluid), de bracelets avec recharges, de crèmes. Les huiles essentielles de citronnelle, de géranium et de lavande sont également très efficaces pour repousser les moustiques. Des sprays à pulvériser sur les vêtements, les rideaux… sont également de bons répulsifs. Si malgré toutes ces précautions vous vous êtes fait attaquer par les insectes, des crèmes apaisantes pour lutter contre les démangeaisons pourront être appliquées 2 à 3 fois par jour (Apaisyl, Onctose).

Les anti-diarrhéiques pourront être très utiles en cas de turista : on prendra des comprimés à base de lopéramide lyoc pour stopper la diarrhée et/ou du nifuroxazide (Ercéfuryl) comme antibactérien intestinal. Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien pour l’utilisation de ces comprimés. Pour les maux de ventre des comprimés de phloroglucinol (Spasfon) pourront être pris par toute la famille.

Dans certains pays l’eau est non potable ; pensez, dans ce cas, à emmener des comprimés d’hydroclonazone à mélanger à l’eau pour la rendre buvable ; il suffit de mettre 1 comprimé dans 1 litre d’eau et d’attendre 1h avant de la boire.

- Publicité -