Un nouveau virus transmis par le moustique tigre

Un nouveau virus transmis par le moustique tigre

Publié le 12 janvier 2016 à 14:01

On savait déjà que le moustique tigre transmettait la dengue et le chikungunya, mais il s’avère qu’il est également à l’origine de la transmission d’un autre virus, le virus Zika, qui constitue une nouvelle menace pour la santé humaine.

- Publicité -

Le moustique tigre fait encore des siennes

La présence d’un nouveau virus transmis par le moustique tigre, le virus Zika, a déjà été rapportée en Afrique, en Asie et dans le Pacifique, et cette maladie atteint depuis 2015 le continent américain avec le Brésil comme principal pays touché.

Le 8 janvier, l'Agence régionale de santé de la Martinique a signalé 12 personnes infectées par ce virus Zika et 150 cas suspects, un bilan qui ne cesse d’augmenter depuis le 1er cas enregistré à Fort-de France le 18 décembre dernier.

La présence du moustique tigre dans le sud de la France fait craindre l’apparition de ce virus en métropole.

Les Autorités sanitaires sonnent donc la sonnette d’alarme : en effet, elles craignent que cette nouvelle maladie passe rapidement au stade d’épidémie ce qui pourrait s’avérer dangereux pour la population, car même si dans la grande majorité des cas l'infection passe inaperçue, des complications graves peuvent survenir.

Comment se passe la transmission du virus ?

Comme pour la dengue et le chikungunya, Zika se transmet par piqûres de moustiques tigres Les insectes piquent une personne malade, se chargent en virus et infectent ensuite les personnes saines.

Quels sont les symptômes qui apparaissent après avoir été infecté par le virus Zika ?

Dans 70 à 80% des cas l'infection passe inaperçue.

Lorsqu'ils sont visibles, les symptômes sont de type grippal (fièvre, maux de tête, courbatures) avec des éruptions cutanées ; ils peuvent également apparaître sous forme d’une conjonctivite ou d’une douleur derrière les yeux, voire d’un œdème des pieds ou des mains.

Dans certains cas, le virus peut toutefois être à l'origine de complications plus graves, d'ordre neurologiques (comme le syndrome de Guillain-Barré qui entraîne des paralysies progressives) ou encore des complications fœtales avec des malformations du fœtus chez des mères infectées.

Pas de vaccin ni traitement spécifiques

Il n'existe aucun vaccin ni traitements spécifiques contre ce virus.

La seule protection consiste à ne pas se faire piquer (en utilisant des produits anti-moustiques et en portant des vêtements longs).

- Publicité -