Qu’est-ce qu’un électrocardiogramme ?

Qu’est-ce qu’un électrocardiogramme ?

Publié le 29 septembre 2014 à 09:45

L’électrocardiogramme est couramment pratiqué en cardiologie. Mais savez-vous comment se déroule cet examen et pour quelles indications il est prescrit ?

- Publicité -

Un électrocardiogramme, qu’est-ce que c’est ?

 

Le cœur, lorsqu’il est en action, émet en permanence des impulsions électriques qui sont nécessaires à sa contraction. L’électrocardiogramme enregistre cette activité électrique ce qui permet d’analyser le fonctionnement cardiaque.

Comment se déroule un ECG ?

L’électrocardiogramme ne nécessite pas de préparation spécifique au préalable.

Le patient est allongé sur la table d’examen, torse nu.

Lorsque le cœur émet les impulsions électriques, une partie infime de cet influx électrique se propage jusqu’à la surface du corps. Pour enregistrer cette activité électrique, on place des électrodes au niveau des chevilles, des poignets et sur la poitrine du patient. Les électrodes sont reliées à un appareil enregistreur qui fournit ensuite sur papier le tracé de l’activité électrique cardiaque.

L’électrocardiogramme est totalement indolore. Il faut juste éviter de mettre de la crème sur le torse avant l’examen (car les électrodes colleraient moins bien). Il arrive, parfois, qu’il soit nécessaire de raser le torse d’hommes très poilus à l’endroit où sont posées les électrodes.

L’ECG dure une dizaine de minutes.

Quand pratique-t-on un ECG ?

L’électrocardiogramme est pratiqué tout d’abord pour poser un diagnostic, notamment lors d’un infarctus, de troubles du rythme (tachycardie si le cœur bat trop vite ou bradycardie si le cœur bat trop doucement), d’une péricardite (inflammation de la membrane qui entoure le cœur), d’une syncope, de douleurs dans la poitrine, d’un essoufflement anormal...

L’ECG est également effectué de manière systématique à titre préventif dans certaines maladies chroniques comme l’hypertension, dans la surveillance de maladies cardiaques (insuffisance coronaire, insuffisance cardiaque).

Il est parfois demandé avant une intervention chirurgicale ou dans le cadre d’un bilan de santé.

Quelques variantes de l’électrocardiogramme

L’électrocardiogramme d’effort

Sur le même principe que l’ECG classique, il est pratiqué au cours d’un exercice physique (en marchant sur un tapis roulant ou en pédalant sur un vélo fixe) pour déceler des anomalies qui peuvent apparaître à l’effort ou pour déterminer la quantité d’effort qui peut être fournie sans risque.

L’holter cardiaque

Il s’agit d’un appareil relié à des électrodes qui sont posées sur le thorax du patient : cet ensemble doit être porté 24 heures pour détecter des troubles de la conduction ou du rythme cardiaque qui sont intermittents ou asymptomatiques.

- Publicité -