Comment apprendre à votre chiot à rester seul

Comment apprendre à votre chiot à rester seul

Publié le 01 juin 2015 à 10:00

Nos rythmes de vie font que nos chiens passent de plus en plus de temps seuls. Or, ce n’est pas naturel pour un chien qui est un animal très social. C’est pourquoi l’apprentissage de la solitude est une des bases fondamentales dans l’équilibre émotionnel de votre chiot.

- Publicité -

Faites de faux départs

Un mauvais apprentissage de la solitude peut entraîner divers troubles de comportement. Il est donc indispensable de faire comprendre à votre chiot que cette solitude fera partie intégrante de son quotidien.

Plusieurs petits exercices peuvent vous y aider :

  • Dans un premier temps, vous devez « déritualiser » tous les moments qui pourraient signifier à votre chiot qu’il va se retrouver seul.

Faites de faux départs : vous vous préparez mais vous ne sortez pas, vous sortez sans vous préparer… En résumé, évitez d’avoir toujours les mêmes habitudes afin de ne pas augmenter son anxiété.

  • Travaillez les passages de portes, à la fois les portes de votre intérieur mais surtout celles de l’extérieur. Fermez la porte derrière vous en laissant votre chiot de l’autre côté. Attendez quelques secondes et ouvrez-la à nouveau. Même si votre chiot vous suit lorsque vous rentrez dans la pièce, ignorez-le et retournez à vos occupations comme s’il ne s’était rien passé. Vous répétez plusieurs fois l’opération à n’importe quel moment de la journée et ce, quelle que soit votre occupation du moment.

L’essentiel est de ne donner aucun repère au chiot lui signifiant ce qui va se passer.

Il ne doit pas couiner lorsque vous disparaissez

L’idéal est de travailler des séquences tellement courtes que le chiot n’ait pas l’occasion de pleurer ou de gratter à la porte. Malheureusement, si ce n’est pas le cas, attention de ne pas réapparaître pendant que votre chiot se manifeste, car il comprendrait vite qu’en couinant, il vous fait revenir à lui.

Augmentez progressivement les temps de solitude et continuez de répéter les exercices pour bien les ancrer dans son quotidien.

Préparez-lui un coin douillet dans une petite pièce

Lorsque vous devez sortir, ne lui laissez pas libre accès à toute la maison : d’une part, pour sécuriser votre intérieur, et surtout pour que votre absence soit moins stressante pour votre chiot.

Préparez-lui un coin douillet dans une petite pièce de préférence (celle où il dormira la nuit par exemple). Mettez-y des jouets et éventuellement un vêtement à votre odeur : tout est bon si cela aide à ce que votre absence ne soit pas trop lourde à supporter.

Il est important que vous laissiez votre petit compagnon quelques minutes seul dans « sa pièce », même si vous ne sortez pas, de façon à ce qu’il ne puisse pas systématiquement l’assimiler à votre départ.

Profitez-en pour assimiler cette pièce à des choses agréables pour lui.

Vos absences doivent être banalisées

Quels que soient les apprentissages que vous mettez en place, vous devez penser à les généraliser.

Lorsque vous rentrez, attendez que votre chiot se calme un peu avant d’aller le voir, même si cela vous est difficile : il faut avoir la même attitude que dans le quotidien lorsque vous êtes là. Ainsi, peu à peu, votre chiot banalisera vos départs.

A contrario, si dès que vous rentrez, vous le câlinez avec force et que vous lui montrez à quel point il vous a manqué, il fera de votre retour quelque chose d’extraordinaire et supportera encore moins la solitude.

Infos pratiques

Ces recommandations sont issues du livre « A l’école des chiots » d’Agnès Matthys.

 

 

« A l’école des chiots » d’Agnès Matthys aux Editions Larousse - 9,90 €

 

- Publicité -