Pourquoi arrêter de fumer fait-il prendre des kilos ?

Publié le 09 septembre 2013 à 10:31

La prise de poids après l’arrêt du tabac ne serait pas simplement due au grignotage, mais aurait une explication scientifique.

Tous les ex-fumeurs le savent bien… l’arrêt de la cigarette entraîne une prise de poids d’au moins 4-5 kg !

Jusqu’à présent, cette prise de poids s’expliquait par le grignotage qui suivait l’arrêt du tabac. Cependant, une étude scientifique vient de prouver que le grignotage n’était pas la seule cause de ces kilos en plus. En effet, un changement de la flore intestinale après l’arrêt de la cigarette pourrait également être une explication.

 

En moyenne, les anciens fumeurs, ont pris 4,7 kg dans l’année qui a suivi l’arrêt du tabac et 80 % d’entre eux prennent jusqu’à 7 kg.

 

Gerhard Rogler, professeur au Zurich Centre for Integrative Human Physiology, et son équipe, viennent de publier une étude qui révèlerait que la flore intestinale évoluerait après l’arrêt du tabac expliquant ainsi la prise de poids.

Ces chercheurs ont étudié durant 9 semaines le patrimoine génétique des bactéries intestinales présentes dans les matières fécales de 20 sujets. Parmi ces sujets, se trouvaient 5 fumeurs, 5 non-fumeurs et 10 personnes ayant débuté un sevrage tabagique une semaine après le début de l’étude.

Durant les 9 semaines d’étude, la diversité bactérienne des fumeurs et des non-fumeurs évoluait peu. Par contre, chez les personnes en cours de sevrage, de grands changements dans la composition de la flore intestinale étaient notifiés. Les microbes des souches protéobactéries et bactéroïdètes s'étaient en effet développés, et cela au détriment des microbes de type firmicutes et actinomycètes. La composition de cette nouvelle flore intestinale ressemblait quelque peu à celle observée chez des personnes obèses.

Parallèlement à cette modification de flore intestinale, les patients prenaient, en moyenne, 2,2 kg sans changer leurs habitudes alimentaires.

 

Cette étude confirme les résultats d’une précédente recherche menée sur des souris. Cette recherche avait consisté à transplanter des excréments de souris obèses dans les intestins de souris non-obèses. Les rongeurs de poids normal avaient alors développé les mêmes bactéries que les rongeurs obèses et surtout ils avaient pris du poids.

 

L’équipe scientifique présume donc que « la flore intestinale dont la composition a évolué après l’arrêt du tabac fournit probablement plus d’énergie au corps, ce qui engendre une prise de poids chez les fumeurs récemment sevrés ».

- Publicité -

- Publicité -