Cholestérol, triglycérides, HDL, LDL… Savoir interpréter ma prise de sang

Cholestérol, triglycérides, HDL, LDL… Savoir interpréter ma prise de sang

Publié le 27 août 2014 à 10:03

Je suis sous contraceptif oral et mon médecin m’a prescrit une prise de sang pour vérifier mon taux de cholestérol : sur mon ordonnance, je lis cholestérol total, HDL, LDL, triglycérides… à quoi cela correspond-il ?

- Publicité -

Pourquoi vérifier le cholestérol présent dans mon sang ?

Le médecin demande ce type d’examen pour faire un bilan lipidique, c’est-à-dire vérifier que je ne présente pas d’hyperlipidémie : trop de lipides (graisses) dans mon sang. En effet, les hyperlipidémies (et notamment un taux trop élevé de LDL-cholestérol ou mauvais cholestérol) peuvent être à l’origine de la formation de plaques d’athéromes (ou plaques de graisses) qui obstruent, peu à peu, mes vaisseaux sanguins. Des complications sévères sont alors à redouter : infarctus, AVC, anévrisme…

Chez l’adulte le bilan lipidique est recommandé en cas de présence de facteurs de risque comme le tabagisme, l’obésité, la prise de contraceptif oral…

Quels paramètres mesure-t-on dans un bilan lipidique ?

Il existe essentiellement 4 paramètres qui sont analysés lors d’un bilan lipidique. Ces paramètres seront  mesurés grâce à une prise de sang qui devra être effectuée à jeun (au moins 12 h de jeûne).

Triglycérides

La valeur normale des triglycérides se situe entre 0,35 et 1,50 g/l.

Une augmentation des triglycérides entraîne un risque important de formation de plaques d’athéromes, mais aussi de thromboses (caillots qui se forment dans les vaisseaux).

Cholestérol total

La valeur normale se situe entre 1,60 et 2 g/l.

Le HDL-cholestérol ou bon cholestérol

La valeur normale doit être supérieure à  0,40 g/l.

Si le HDL-cholestérol est supérieur à 0,6 g/l, il est considéré comme protecteur.

Le LDL-cholestérol ou mauvais cholestérol

La valeur normale doit être inférieure à 1,60 g/l.

Conseils diététiques en cas d’hypercholestérolémie

  • diminuer la consommation de beurre et préférer les huiles végétales comme l’huile d’olive. 
  • réduire les aliments riches en graisses à acides gras saturés.
  • consommer du poisson 1 à 2 fois par semaine, y compris les poissons gras qui sont riches en oméga-3 (saumon, thon…)
  • privilégier les viandes blanches plutôt que les viandes rouges (qui ne doivent être consommées qu’une à deux fois par semaine).
  • limiter la consommation de fromages et choisir des fromages à moins de 50 % de matières grasses.
  • consommer des fruits et légumes tous les jours.
  • boire de l’eau en quantité suffisante (au moins 1,5 litre/jour).
  • éviter les grignotages en répartissant correctement les repas : un petit déjeuner complet, un repas équilibré, un goûter, un dîner léger.

- Publicité -